IMG_2989

La responsabilité des entreprises

3000 entreprises cotées dans le monde provoqueraient des impacts environnementaux s’élevant à plus de 2000 milliards de dollars soit environ 7% de leurs revenus consolidés et jusqu’à 1/3 de leurs bénéfices (UNPRI). Pourtant seules 9% des entreprises françaises mettent en place une politique biodiversité (MEDDTL 2010).

 

La responsabilité des entreprises est à la fois directe et indirecte.

Directe, par le prélèvement des ressources naturelles (secteurs agroalimentaires, pharmaceutique, textile, papetier, forestier, extraction minière…) et par la fragmentation des milieux et les pollutions chimiques (secteurs du transport, BTP, tourisme, énergie, agriculture…).

Indirecte, par le choix et les pratiques des fournisseurs, par l’influence dans le choix des consommateurs, par le financement de projets.

Selon l’enquête 2010 du ministère de l’environnement, 2/3 des entreprises seraient conscientes de leurs impacts négatifs sur la biodiversité et 40% pensent que la perte de la biodiversité affecte déjà ou affectera leur activité. A l’échelle mondiale 30% des dirigeants interviewés estiment que l’appauvrissement de la biodiversité est une menace pour la croissance économique (étude PWC 2010).

Pourtant à peine 36 % des entreprises déclarent avoir une politique environnementale et parmi elles, seulement un quart intègre la biodiversité dans cette politique ! Les principales motivations poussant les grandes entreprises à agir en faveur de la biodiversité sont l’image et les valeurs éthiques, l’innovation, la compétitivité, l’anticipation de la législation et la contrainte réglementaire.

Lire aussi :

Les causes de la déforestation

Services rendus par les forêts

L’économie dépend de la nature

Les entreprises dépendent de la forêt