Deuxième échange de savoirs : Le Noyer Maya

Des représentants de chacune des 4 communautés membres de la fondation Envol Vert
travaillant dans des projets de conservation et reforestation se sont réunis en juin 2019
dans le contexte de ce deuxième échange de projets. Cette fois ci, les hôtes étaient les
participants du projet de Ovejas Sucre et le sujet principal était le Guaimaro.

Le Guaimaro, l’arbre ancestral

Le Guaimaro a été l’un des personnages principaux de cette rencontre, un arbre qui a
acquis une place importante en tant que jalon dans la conservation et la sécurité
alimentaire. Ses avantages et les usages associés se révélaient dans la cuisine avec les
délices que les femmes de ASOCALIM ont préparé pour l’atelier sur la transformation du
Guaimaro, dans lequel les connaissances et les techniques de préparation ont été
partagées.

Avec le poêle en bois, M. Tomas explique comment est préparée la farine grillée a base de
Guaimaro, ce qui représente une technique particulière de le conserver dans le temps et
de mettre en valeur certaines saveurs. Les aromes du Guaimaro grillé prennent place.
Certains des participants ne l’avaient jamais mangé, malgré le fait de l’avoir dans leur
territoire. La curiosité est éveillée et les gens se rapprochent pour sentir de plus près les
arômes. Les questions ne se font pas attendre et M. Tomas parle de la récolte, le séchage,
du temps et des techniques.

Le rôle du culinaire dans la conservation

… avec des qualités « magiques »

En parlant de ses avantages, certaines graines grillées tombent, les chiens et les poules se
précipitent pour les manger ; leur composition nutritionnelle en fait un aliment très
attrayant pour les animaux domestiques et sauvages. Le Guaimaro a une teneur élevée en
protéines, en calcium, en fer et en autres nutriments qui complémente le régime
alimentaire des familles et en particulier celui des enfants.
Avec la farine de Guaimaro grillé on prépare une infusion similaire au café. La
communauté de Perijá pense que la boisson doit être plus forte, plus concentrée pour
améliorer son intensité. Peu à peu les gens s’habituent aux saveurs douces et légèrement

chocolatées. Puis pour continuer avec cette expérience culinaire, les femmes de
ASOCALIM, avec leurs touches de joie, commencent à distribuer des cocadas, de la natilla
et des gâteaux tous préparés à base de Guaimaro.

La graine du Guaimaro est également consommée cuite en tant qu’aliment et peut être
moulue pour faire de la pâte et des rouleaux. Au cours de la deuxième étape de l’atelier
les femmes ont séduit les participants avec leurs recettes de empanadas et bollos
(rouleaux) qu’ont tous dégusté à la fin. La nourriture est un moyen très important pour
apprécier cet arbre merveilleux. Avec l’intégration de son utilisation dans les traditions
culinaires des communautés, sa plantation et conservation sont encouragées.

La communauté de ASSOCALIM partage également son expérience dans la fabrication de
produits, et Envol Vert soutien ce processus à travers la recherche et la gestion
commerciale, éveillant chez les participants l’envie de se joindre à cette occasion de
création d’une économie alternative à partir de cet arbre endémique de la forêt sèche.

Lire aussi : El primer intercambio entre proyectos sobre bio-insumos

Ce message est également disponible en : Espagnol