CPMAYA

[CP-20 décembre 2012] Fin du monde : Les mayas nous rappellent qu’il faut stopper la déforestation

Communiqué de presse Paris, le 20 décembre 2012

A la veille de la prophétie Maya, Envol Vert rappelle que les Mayas ont eux disparu en déboisant leurs forêts engendrant de grandes sécheresses qui ont entrainé leur perte. Quand nous nous serons rendu compte que la soit disant fin du monde n’aura pas eu lieu, il faudra écouter le message implicite donné par les mayas qui nous demandent de ne pas reproduire pas ce qu’ils ont fait à l’échelle planétaire !

Les mayas se seraient autodétruit

Envol Vert rappelle que des preuves confirment que les Mayas ont causé leur propre perte suite à de fortes sécheresses. Au cours des dernières années de leur civilisation entre 800 et 950 apr. JC, les précipitations ont chuté de 20 %. Ces sécheresses répétées qu’ont subit les mayas ont été engendrées par la perte de services écologiques forestiers faisant suite à la déforestation ce qui a entrainé la chute de leur civilisation.

Notre monde actuel suivrait la même voie…

Daisy Tarrier, présidente d’Envol Vert s’indigne : « La déforestation sévit toujours avec une superficie de forêts équivalente à la Grèce qui disparaît chaque année ». C’est dans les pays tropicaux que cette déforestation est la plus forte avec 95% de la déforestation mondiale. Et encore aujourd’hui, dans 80% des cas c’est par des terres agricoles que la forêt est remplacée, comme pour les Mayas il y a plus de 1000 ans…

Pourtant Selon Envol Vert, des études confirment des liens encore plus forts entre les précipitations et les forêts tropicales. En 2009, les Rapports de l’Académie Nationale des Sciences indiquent que les déforestations historiques en Inde ont causé un changement de la mousson, réduisant jusqu’à 30 % les précipitations. Certains scientifiques soutiennent que les forêts sont un facteur clé des précipitations au niveau planétaire. Agissant comme des pompes, les forêts pourraient pousser les précipitations, des zones côtières jusqu’à l’intérieur des continents. En d’autres termes, la perte d’une forêt peut entraîner la sécheresse jusqu’à l’intérieur des continents comme ce que l’on observe
aujourd’hui en Australie. Daisy Tarrier présidente d’Envol Vert rappelle : « La forêt fournit de nombreux services environnementaux comme ceux de régulation du régime des pluies mais aussi par exemple des services d’approvisionnement pour notre alimentation dont la planète ne peut se passer. »

Changer pour ne pas reproduire l’erreur des mayas

En ces temps de fêtes de la consommation et avant les soldes, Envol Vert demande aux décideurs publics, décideurs privés, mais aussi aux consommateurs de changer et ce sans plus attendre, en :
– Utilisant du soja non issu de la déforestation pour nourrir nos élevages comme pour le chapon
– Utilisant uniquement du papier recyclé notamment pour emballer les cadeaux
– Utilisant de l’huile de palme qui ne provienne pas de la déforestation de forêts naturelles pour les chocolats des fêtes
– Achetant pour l’ouverture des soldes en 2013, des chaussures en cuir issu de boeuf provenant d’élevages qui ne participent pas à la déforestation de l’Amazonie

Daisy Tarrier présidente d’Envol Vert de conclure « Montrons aux Mayas que nous avons compris leur message et que nous souhaitons conserver la forêt et les services qu’elle nous rend ! »