banniere_facebook

CP : « 3 steaks produits* = 1 arbre tropical abattu !** »

Bannière 3 steaks = 1 arbre

Bannière 3 steaks = 1 arbreBannière 3 steaks = 1 arbrebanniere_facebook

« 3 steaks produits* = 1 arbre tropical abattu !** »

Aujourd’hui Envol Vert lance sa campagne « 3 steaks* = 1 arbre** « . Cette campagne vise à sensibiliser sur l’impact de l’élevage bovin comme principale responsable de la déforestation, et à soutenir des solutions locales d’élevage respectueuses de la forêt, comme le sylvopastoralisme.

 

L’élevage bovin, source majeure de la déforestation.

A ce jour, 95% de la déforestation ont lieu en pays tropicaux, et 80 % de cette déforestation est due à la conversion agricole, dont majoritairement l’élevage bovin. En Amérique du Sud, cet élevage est responsable de 65% de la déforestation, notamment en Amazonie.

Un récent rapport de la Commission Européenne[1] indique que l’Europe est aujourd’hui responsable de plus du tiers de la déforestation liée au commerce international de matières premières.  Pour Boris Patentreger, co-fondateur d’Envol Vert « s’il est urgent de mieux gérer nos consommations et d’en réduire les impacts par plus de traçabilité, il est aussi indispensable de développer des techniques d’élevage moins destructrices telles que le sylvopastoralisme ».

 

Pourquoi la vache détruit les forêts ?

La production bovine telle que pratiquée aujourd’hui dans les pays d’Amérique Latine est inefficace. Très extensif, cet élevage demande presque un hectare par tête de bétail. Et pour obtenir ces surfaces ils arrivent aux habitants de brûler leur forêt pour les transformer en pâturages.L’impact de la France est lié à la consommation de viande mais aussi azu cuir de nos chaussures (cf. rapport le Cuir tanne la forêt).

En Europe, c’est plus spécifiquement l’alimentation des bovins, notamment en soja qui participe à la déforestation en zone tropicale.

On estime que 9 hectares de pâturages permanents et 3 hectares de terres cultivées sont nécessaires pour produire une tonne de viande bovine[2].

L’Amérique Centrale n’est pas épargnée par ce phénomène véritablement culturel. Avoir des vaches est une des aspirations incontournables des paysans. Il s’agit donc aujourd’hui de trouver les solutions qui permettant de conserver cet élevage tout en limitant au maximum l’impact sur les forêts.

 

Agir pour des solutions locales d’élevage bovin respectueux de la forêt, comme le sylvopastoralisme

Le sylvopastoralisme est une technique d’élevage où les animaux pâturent sous couvert forestier. Le principe est de mélanger les vaches à des plantations d’arbres, différentes espèces d’arbres natifs qui permettent le retour de la biodiversité et qui procurent de l’ombre mais aussi du fourrage pour les animaux. C’est une solution innovante qui pourrait diviser par au moins 4 la pression sur la forêt dû à l’élevage.

Envol Vert développe plusieurs projets de ce type en Colombie et au Nicaragua. Au Nicaragua, le projet se situe dans la zone d’amortissement de la réserve tropicale d’Indio Maiz, l’un des plus grands ensemble forestier qu’il est indispensable de préserver. Daisy Tarrier, Présidente d’Envol Vert nous raconte : « Envol Vert a choisi de travailler avec la communauté de Bartola ; un village de 26 familles très uni, qui a beaucoup travaillé pour que tous, et notamment les femmes, aient leur place. Quand nous les avons rencontrés, leur sensibilité environnementale et leur motivation à protéger leur forêt nous ont convaincus ».

La Communauté de Bartola, souhaite instaurer un système sylvopastoral sur les terres servant au pâturage des vaches, afin de préserver sa forêt en réduisant de moitié la surface consacrée à l’élevage, sans réduire le nombre de vaches. Envol Vert les appuie dans cette démarche qui fait sens face aux enjeux planétaires. Pour lancer ce projet innovant, Envol Vert propose au grand public de l’aider à soutenir cette initiative à travers un financement participatif : http://fr.ulule.com/envol-vert/

En savoir plus sur ce projet : Sylvopastoralisme au Nicaragua

 

*En Amérique Latine. En France, l’alimentation des bovins (soja) peut également participer à la déforestation en zone tropicale.

**Ce calcul se base sur les estimations suivantes. Le poids de viande d’une vache est d’environ 246kg, soit l’équivalent de 1640 steaks de 150g. En Amérique Latine une vache a besoin d’environ 1 hectare de surface pour pâturer soit 6m2 pour un steak produit. Cette surface peut provenir de la déforestation car l’élevage est la principale cause de déforestation en Amérique Latine. Sachant qu’une forêt tropicale amazonienne compte environ 500 arbres par hectare. La production de 3 steaks peut engendrer la destruction d’un arbre tropical.

 

_______________________________________________________________________________________

Envol vert est une association de protection de la forêt et de la biodiversité qui souhaite reconnecter l’homme avec son environnement et aider les populations locales à vivre dans un environnement plus sain et générateur de ressources.  Pour cela elle soutient des petits projets issus d’initiatives locales en France et en Amérique Latine : réserve de forêt primaire, suivi scientifique, alternative à la déforestation, reboisement. Son fil conducteur « La forêt nous rend service, rendons le lui » engage particuliers et entreprises à s’investir à ses côtés pour cette noble cause.

 

En savoir plus sur Envol Vert

http://envol-vert.org/
http://www.facebook.com/EnvolVert
http://www.youtube.com/user/envolvert

Pour donner pour le projet sur Ulule : http://fr.ulule.com/envol-vert/

 

 

Contact Presse :

Boris Patentreger, cofondateur, 06 03 28 58 01, bpatentreger@envol-vert.org

 


[1] http://ec.europa.eu/environment/forests/impact_deforestation.htm

[2] Wirsenuis et al., 2010