brigitte baptiste

[CP – Octobre 2017] Paix et Biodiversité en Colombie : Retour sur les interventions de Brigitte Baptiste à l’occasion des événements d’octobre

Communiqué de presse

Paris, 20 octobre 2017

Brigitte Baptiste, Directrice de l’Institut National de la Biodiversité Colombienne, était présente à Paris les 19 et 20 octobre 2017 à l’occasion d’événements-conférences co-organisés par l’ONG de conservation de la forêt Envol Vert dans le cadre de l’année France Colombie, pour parler des impacts de la paix sur la biodiversité, en présence de Monsieur l’Ambassadeur de France en Colombie.

intervention_brigitte_baptisteDepuis l’engagement de la Colombie dans le processus de paix et la réduction de la violence dans le pays, plusieurs nouvelles expéditions scientifiques visant la connaissance de la biodiversité ont pu avoir lieu dans des zones du pays jusqu’alors inaccessibles. 9 expéditions de Colombia-Bio réunissant 800 chercheurs ont permis de découvrir plusieurs nouvelles espèces. Cependant, Brigitte Baptiste a indiqué qu’au-delà de la découverte de nouvelles espèces, l’objectif des expéditions était “de découvrir de nouveaux usages à la biodiversité qui sont des opportunités économiques de développement qui permettent de démontrer l’intérêt de la conservation de la forêt et de motiver les acteurs locaux pour des investissements novateurs”.

intervention_brigitte_baptiste2Malheureusement indique celle-ci “Le post conflit et le retrait des FARCs a également laissé des espaces vides sans contrôle territorial où la lenteur de l’Etat et la corruption politique locale ouvrent les portes à une économie parallèle ou illégale à partir de la spéculation des terres servant au lavage d’actif financier”. En effet, l’ONG Envol Vert rappelle que la Colombie dispose de 52 millions d’hectares de terres arables, dont seuls 5 millions sont cultivés et 39 millions utilisés pour l’élevage, “un élevage expansif non soutenable et non productif” précise Daisy Tarrier, la Présidente de l’association Envol Vert. La problématique explique Brigitte Baptiste “est extrêmement liée à l’absence de droits de propriété sur le foncier peu normé à ce jour avec de grands espaces sans droits. Les forêts dans le domaine public sont accaparées par les acteurs pour une rentabilité de court terme puisqu’ils ne peuvent garantir ni présence à long terme, ni les investissements nécessaires, par manque de garanties bancaires pour investir. C’est une des raisons pour lesquelles l’agriculture industrielle en Colombie ne représente que 2% de l’économie et que les acteurs déboisent pour s’engager vers l’élevage ou spéculer sur la vente de terre une fois déboisées.

Une des questions qui est souvent revenue lors des échanges avec le public est de savoir si le tourisme, qui a fortement augmenté en Colombie ces dernières années, est une opportunité au même titre que dans certains pays voisins, pour un développement rural en accord avec la préservation de la biodiversité. Malheureusement a indiqué Brigitte Baptiste “Le développement touristique et spécialement de nature pourrait se développer de façon anarchique et non contrôlé en Colombie et avoir un impact désastreux sur la conservation des écosystèmes”.

Contacts presse :

Daisy TARRIER – Présidente Fondatrice – dtarrier@envol-vert.org

Marie VEDOVATO – Coordinatrice Campagne France-Colombie – 06 32 72 66 58 – mvedovato@envol-vert.org