Actualités 2019/2020 – Site Becerril, Cesar

Découvre le projet de tes propres yeux avec Land Explorer !

Décembre 2020

Fin d’année

Un mois rempli de nostalgie, durant lequel nous avons pu clôturer le projet : une étape des plus importantes pour tous les participants ! Malgré les obstacles, nous continuons de grandir, comprenant davantage chaque jour l’importance de récupérer notre biome. Une réunion générale a été organisée pour célébrer la fin du projet et observer entres autres les forces, faiblesses et insatisfactions qui se sont présentées au cours du processus.

Du plus profond de nos cœurs, le projet de Becerril vous souhaite une très belle fin d’année

Novembre 2020

Un mois d’hiver

En novembre, le travail de terrain a été entravé par les fortes pluies qui se sont abattues sur la région. Le débit des rivières ayant fortement augmenté, las familles se sont retrouvées isolées et incapables de se rendre au lieu de rencontre hebdomadaire : la pépinière Caño Rodrigo. Pour autant, les activités ont pu suivre leur cours à la pépinière Rio Maracas. Les participants ont sélectionné et stocké le guáimaro qui avait été collecté. La pépinière a été nettoyée et, profitant de la pluie, quelques arbres ont pu être plantés.

Durant le mois de novembre, le projet a également reçu la visite de la directrice Daisy Tarrier, de Jonathan Gordillo, technicien des projets de terrain, et de Laura Velandia, coordinatrice des alternatives économiques. Des visites de terrain ont été organisées pour rencontrer les participants et observer les plantations agroforestières et sylvopastorales. La reprise du processus de formation d’une association locale a également été un des objectifs importants en ce mois de novembre. Grâce à un travail collectif sur papier et à l’outil « Arbre des objectifs », les participants ont pu apporter leurs idées … et elles ont été nombreuses ! Le nom de l’association, le slogan et les objectifs ont pu être définis. Le mois prochain, une troisième rencontre sera organisée pour construire les droits, devoirs et obligations de l’association.

Pour finir, un atelier de cuisine de plus enrichissants a été organisé. Les participants ont pu découvrir les secrets d’une alimentation équilibrée et d’une bonne nutrition basée sur les ressources présentes dans leurs fermes. De délicieux pancakes de farine de guáimaro, blé et avoine ont été confectionnés et chacun a pu déguster son pancake… jusqu’à la dernière miette.

 

Octobre 2020

Conclusion des activités avec le programme Riqueza Natural sur le site de Becerril

Il y a un an, Envol Vert s’est associé au programme Riqueza Natural, financé par USAID pour démarrer les activités du projet à Becerril. Des objectifs à 1 an avaient été définis et le mois d’octobre correspondait à la date de clôture et de bilan avec ce co-financeur du projet. Malgré les dificultés majeures rencontrées à cause de la crise sanitaire, les activités du projets ont été menées à bien grâce à la présence constante des volontaires, des paysan.ne.s participant.e.s  et du partenaire d’Envol Vert sur le terrain : APSACESAR.Toutes les parcelles en agroforesterie ont été semées, les arbres grandissent bien et les paysan.ne.s entretiennent avec soin leurs parcelles et ont compris l’importance des systèmes agroforestiers et de sylvopastoralisme. Voir ces systèmes diversifiés mis en œuvre est source de fierté pour les participantes qui tirent désormais un meilleur parti du potentiel productif de leur terre.

 

A l’intérieur des plantations d’arbres fruitiers et forestiers ont été semés des cultures annuelles diversifiées (Manioc, bananiers, mais, tomates et canne à sucre). 95% des plants en pépinières ont été plantés et les paysans s’apprêtent à y faire germer de nouvelles graines pour la saison prochaine. Le mois prochain, une réunion sera organisée avec les paysan.ne.s afin de planifier les plantations de l’année prochaine, faire le bilan sur les leçons apprises durant cette première année de projet et identifier les points d’amélioration.

 

 

Septembre 2020

Concevoir des parcelles pour un avenir meilleur

Au mois de septembre nous nous sommes fixé un objectif, concevoir et planter les parcelles agroforestières et sylvopastorales avec les bénéficiaires, 12 parcelles ont déjà leur conception et un trou où chaque arbre ira, les agriculteurs ont accompagné ce processus en appliquant ce qu’ils ont appris lors des formations précédentes, telles que conception de ferme, maintenant ils en savent plus sur l’agroforesterie et la sylvopastorale. Chacun des bénéficiaires a les arbres dans ses parcelles et est en train de planter.

Les formations ont été immédiates, il était important de renforcer les Systèmes Agroforestiers (SAF), la conception des exploitations, le silvopastoral et le lombricompost. De même, un atelier théorique pratique a été organisé sur les principaux ravageurs et maladies qui attaquent les cultures, et un bio-insecticide a été développé avec les bénéficiaires afin de réduire l’utilisation de pesticides.

De plus, la récolte de guáimaro est de nouveau arrivée, une minga a été organisée avec les bénéficiaires du village de Rio Maracas, où les graines ont été récoltées. Ce fut une journée motivante et significative pour la communauté pour partager une nouvelle expérience dans la forêt. La récolte ne s’est pas arrêtée là, nous avons déjà environ 50 kg dans les séchoirs.

À la fin du mois, nous avons eu la chance que la personne responsable des alternatives économiques, Laura Avendaño, nous accompagne et partage avec les bénéficiaires les progrès avec le Guáimaro au niveau de la torréfaction, du broyage et de la marque, le résultat a été satisfaisant pour nous et elle, puisqu’il a eu l’opportunité de nous rejoindre dans le minga. Les activités développées ce mois-ci ont servi de motivation pour continuer à travailler en équipe et en faveur de l’environnement.

Août 2020

La pluie est arrivée

Le mois d’août a été l’un des plus pluvieux de l’année. Ces fortes pluies ont réduit les activités au sein des pépinières, mais les arbres qui y grandissent paraissent bien heureux ! La pluie a également favorisé les parcelles agroforestières où nous avons observé une bonne croissance de la plupart des arbres. A sa manière, la pluie a motivé les agriculteurs pour poursuivre les plantations.

 

Juillet 2020

Mois de la récolte

Ce qui était tant attendu est arrivé !  Bien que la récolte du Noyer Maya ait été retardée à cause de la sécheresse due au phénomène de l’enfant, les premiers fruits commencent enfin à être visibles. La communauté a commencé à collecter et à amener la récolte de graines au séchoir.  Un nouveau site de séchage est également en cours d’installation à Rio Maracas, beaucoup plus proche des agriculteurs pour avoir des semences disponibles.

Le séchoir solaire accueille la récolte de Noyer Maya pour sa première étape de transformation

La communauté se prépare également à recevoir de petits arbres de Noyer Maya pour les systèmes agroforestiers et à semer 600 graines dans des sacs. Avec l’appui d’Envol Vert il en sera semé encore plus !

La pépinière est toujours pleine de sacs prêt à être planté, l’entretien et de plantation se fait quotidiennement, et les arbres de noyer maya sont surveillés de près afin d’étudier et de mieux identifier la phénologie des arbres et ainsi mieux préparer le programme de récolte. Plusieurs activités sont programmées pour le mois prochain: la création d’un compost pour avoir assez d’engrais dans les pépinières, réaliser l’atelier sur les intrants organiques et livrer le fil de fer pour sécuriser les parcelles et poursuivre la plantation.

 

 

Juin 2020

Mois des plantations

Au mois de juin, les premiers semis ont été fait dans les parcelles agroforestières, ce qui a apporté beaucoup de satisfaction aux agriculteurs, ils se sentent plus motivés et travaillent désormais en équipe. Quatre parcelles sont déjà semées et les plantations continuent dans d’autres zones dans le cadre de travaux communautaires. Ainsi Envol Vert espère pour le mois prochain que la majorité des parcelles soient semées. Parallèlement les paysan.ne.s poursuivent les activités liées à la gestion de la pépinière, au nettoyage, au remplissage de sacs et à l’embellissement des pépinières.

 

La surveillance de la zone de Noyer Maya n’a pas été oubliée, un suivi de la floraison et fructification des arbres est effectué pour préparer la récolte et étudier les facteurs qui l’affectent. En effet, la récolte prévue en mai n’a pas eu lieu en raison de facteurs climatiques liés à la sécheresse. Les arbres commencent désormais à porter à nouveau des fruits en juin et les participant.e.s pourraient récolter en août et septembre. Maintenant il faut accélérer la semaison de graines d’arbres fruitiers dans des sacs pour les planter lors de la deuxième saison des pluies.

 

 

Avril 2020

Les arbres n’attendent pas !

Pendant le mois d’Avril, le travail a été totalement chamboulé dans les projets, et Envol Vert a adapté son travail en adéquation avec les directives sur le Covid-19. Carlos, le président d’Apsacesar, l’association qui nous accompagne dans le projet a fait quelques visites dans les pépinières. Il a aidé sur le remplissage des sacs, l’organisation et ainsi facilité le travail des paysans. Les premiers arbres commencent à naitre, et ils ne vont pas attendre avant de retourner en terre ! Les paysans en profitent pour passer plus de temps dans les parcelles, et ils préparent ainsi le terrain pour l’arrivé des premiers arbres. Nous attendons toujours l’arrivée de la récolte de Noyer Mayer qui devrait commencer le prochain mois !

 

 

Mars 2020

Les dernières préparations avant la récolte

L’institut Humboldt (institut de la biodiversité en Colombie), nous a fait le plaisir d’une nouvelle visite avant le début de la collecte des graines de Noyer Maya, afin de terminer les parcelles d’études et de préparer les outils pour collecter les informations.

Nous avons fait cinq nouvelles parcelles d’études, en différent lieux afin d’avoir une vision large, mais précise du comportement du Noyer Maya en fonction de son écosystème. De la foret « vierge », au couloir de biodiversité en passant par des zones de pâturages sous arbres. Nous attendons les premières graines afin de mettre en place le processus de récolte des informations.

Nous avons aussi profité de la forte biodiversité de la zone, où nous avons rencontré différentes espèces de singes, de serpents et nous attendons toujours avec impatience la venue du singe araignée, et peut-être du jaguar !

Mars, mois de la création

Au début du mois de mars, nous avons effectué une formation sur les systèmes en agroforesterie et comment les mettre en place dans les fermes.

Nous avons plusieurs objectifs, comprendre l’adaptation des parcelles, les différentes espèces qui peuvent se mettre en fonction de l’objectif que l’on a, système d’agroforesterie, sylvopastoral, les banques de protéines, les clôtures en arbre et corridor de biodiversité.

Le jeudi, dans la pépinière de Cano Rodrigo, l’institut Humboldt nous a présenté son projet d’étude sur le Noyer Maya. Ils nous ont expliqué que les espèces endémiques que nous retrouvons ici, le singe araignée ou le jaguar, sont des preuves de la grande biodiversité des sites où nous travaillons.

Le vendredi, lors de la formation à Rio Maracas, nous avions la visite de USAID, qui a visité les deux pépinières et ont assisté à la formation. Ils sont confiant dans le développement du projet !

¡Il ne nous manque “plus” qu’a remplir les sacs de terre et commencer à planter !

 

Février 2020

Découverte de la forêt du Noyer Maya

En ce mois de février nous avons reçu la visite de l’Institut Humboldt, qui se charge notamment de l’étude de la biodiversité en Colombie. L’institut est présent pour nous aider sur l’étude du Noyer Maya.

Notre emblématique Noyer Maya a en effet trouvé un sanctuaire dans les forêts de Becerril, où nous avons la chance d’avoir une forêt intacte de l’homme depuis plusieurs décennies, qui regroupe une très forte biodiversité. Ces deux lieux sont propices aux études, nous avons décidé de deux zones avec quatre parcelles de suivis, ce qui nous permettra de mieux analyser la production et la croissance du Noyer Maya.

Nous allons bientôt retourner sur ces zones, pendant la période de récolte des graines de Noyer Maya afin de continuer les recherches et de mieux comprendre l’utilité du Noyer Maya sur son écosystème et sa production.

Nous sommes vraiment heureux de ce partenariat avec l’institut qui nous permet de mieux approfondir le sujet et de découvrir ces lieux uniques en Colombie. En effet, nous étions tous étonnés de la conservation du lieu et de son importance pour la zone. Il nous tarde de mieux étudier cet endroit afin de le conserver au maximum.

Janvier 2020

Nouvelle année, nouvelles connaissances

Le mois de janvier a été un mois riche en activités, préparation de compost, atelier d’association d’agriculteurs, renforcement des pépinières, collecte de graines. L’élaboration de l’engrais est très importante, elle nous permet de parler des sols et aussi de la façon dont nous allons planter les arbre!

Avec des journées ensoleillées, des températures élevées et des rafales de vents forts nous continuons à travailler, en parlant cette fois des sols vivants avec un atelier pratique d’engrais organiques. Les agriculteurs ont reconnu l’importance de maintenir un sol sain, et qu’à partir de maintenant ils travailleront pour le maintenir, en prendre soin et le nourrir. Sans cela, le bon développement de leurs cultures, de leurs arbres et de la vie de milliers de micro-organismes qui travaillent sans cesse pour maintenir la composition du sol n’est pas possible. En effet, il faut de nombreuses années pour obtenir un centimètre de sol, et en raison de pratiques inappropriées, telles que les coupes et le brûlage excessif pour avoir des zones « fertiles. De plus, avec l’action de la pluie et du vent qui est très fort sur la région, les conditions pour perdre un sol rapidement sont réunis.

Après avoir compris l’importance du sol, nous avons commencé l’atelier pratique de compostage (Bocachi) où se trouve la pépinière de Rio Maracas et Caño Rodrigo, en utilisant des matériaux de leurs fermes pour les systèmes agroforestiers, les zones de restauration et sylvopastorales et être en mesure d’être prêt dans les premières saisons des pluies.

Nous avons également organisé une formation sur les associations paysannes et l’associativité. Nous voulons créer une entité avec les agriculteurs afin qu’ils s’organisent et puissent vendre des produits de leurs fermes et du Noyer Maya.

La communauté a été formée sur les questions d’association, dirigée par Daisy, la directrice d’Envol’Vert, pour le renforcement organisationnel de la communauté afin qu’elle puisse mener ses propres processus de développement, en traitant des questions concernant ce qu’est une entité à but non lucratif, les différences entre association et coopératives. Les paysans manifestent un vif intérêt pour la formation d’une association et envisagent d’appartenir à la mutuelle qui se constitue, ce qui serait très utile et pourrait faciliter les échanges avec d’autres entités de la région qui travaillent sur des sujets communs. Ils continueront de travailler avec la communauté afin de pouvoir décider ce qu’ils veulent vraiment. Cette formation a été un moment d’échange d’idées, de visions où personne n’a été laissé sans voix. Maintenant, nous devons renforcer ensemble l’esprit d’aide et de communauté pour aller de l’avant et créer l’association d’agriculteurs avec une base solide. En effet, il nous ont rappelé qu’ils n’avaient presque jamais travailler ensemble, et que le type de projet que nous développons et donc nouveau pour eux.

Suivez la gestion communautaire des pépinières, le remplissage des sacs, la plantation et l’embellissement du lieu.

Décembre 2019

Déjà la fin de l’année

En cette fin d’année, nous en avons profité pour faire un bilan de nos premiers mois à Becerril et des actions que nous avons faites avec les paysans.

En effet, le projet n’a que 4 mois, et pourtant pour beaucoup il semble déjà être bien incrusté dans les consciences. Nous avons terminé les pépinières et un séchoir, il nous reste maintenant à remplir les pépinières d’arbres et de légumes pour concrétiser le travail effectué pour le moment. Plusieurs cours ont permis aux paysans d’en apprendre plus sur l’agroécologie, le Noyer Maya, l’utilité des pépinières ou encore sur le vivre ensemble et le respect de la nature.

Les paysans sont heureux de ce projet et voient déjà l’avancé rapide qui se fait sur plusieurs fronts, au niveau économique, au niveau de l’environnement et au niveau social et d’organisation.

Nous en avons profité pour faire un point sur nos actions futures, et surtout sur la prochaine saison des pluies qui va rimer avec nos premiers arbres plantés. Nous avons demandé une liste des arbres que les paysans veulent planter, afin de commencer à remplir la pépinière. Nous attendons avec impatience janvier et février de la prochaine année pour commencer les activités et être prêt pour la saison des pluies. Plusieurs paysans nous ont demandé de les aider dans le développement de petites zones de maraichage dans leurs parcelles. Nous commençons donc à voir les légumes et autres herbes aromatiques et médicinale que nous pouvons implanter dans la zone.

Novembre 2019

Échange à Los Limites

En ce mois de Novembre, les paysans ont découvert un projet phare d’Envol Vert, Los Limites qui a débuté il y’a cinq ans. Cet échange a permis de découvrir le travail d’Envol’Vert et de voir les résultats de nos actions après cinq ans.

Lors de cet échange nous étions accompagné d’une vingtaine de paysans et de l’Association APSACESAR qui nous épaule sur le projet. L’objectif de cet échange était de permettre à tous de mieux comprendre l’aboutissement du projet, aussi bien au niveau économique avec les alternatives que nous proposons, qu’au niveau des changements de pratiques agricoles.

Après une formation sur les principes de l’agroécologie nous sommes partis visiter les lieux clefs du projet de Los Limites. Le lombricompost, les locaux de l’Association de paysans de Los Limites, la pépinière et les parcelles des paysans. Cela nous a permis de mieux comprendre le fonctionnement de ces lieux et ce vers quoi nous devons aller ! Les paysans ont beaucoup échangé avec les personnes du projet de Los Limites, sur une variété de sujet, des étapes de la production de Noyer Maya, de la création de l’association aux techniques d’agroécologie.

Nous avons aussi découvert des produits à base de Noyer Maya et nous avons parlé plus amplement des aboutissements du projet. A la suite de cela, nous en avons profité pour avoir un avis sur ces moments passés ensemble. Les mots qui sont le plus revenus sont sur l’étonnement du changement des parcelles et de l’organisation des paysans de Los Limites.

Après ce moment d’échange, nous en avons profité pour aller à la plage et avoir des échanges plus informelles et ainsi renforcer l’esprit d’équipe des paysans de Becerril. Cela nous a aussi permis de nous relaxer avant le retour en bus. Cette échange a été un succès, et nous repartons encore plus motivé qu’avant !

Octobre 2019

Un mois d’Octobre Maya !

En ce mois d’octobre, le nouveau projet de Becerril avait de quoi s’occuper. Les pépinières sont presque terminées, le premier séchoir aussi et les premières formations s’enchaînent. Mais c’était surtout la première récolte de Noyer Maya, et à notre plus grand plaisir il y en a suffisamment pour le projet, pour l’alimentation des personnes et des animaux de la forêt; et en quantité!

A peine les pépinières sont-elles terminées que les premières récoltes de Noyer Maya ont commencé. La joie et la bonne humeur étaient parmi nous, et nous avons profité des rayons de soleil pour partir à la recherche de la précieuse graine, pour ensuite la laver et la sécher. Ensuite nous avons fait une formation plus précise sur les procédés de transformations du Noyer Maya et l’organisation à prévoir pour la commercialisation. Les échanges étaient intéressants, les premiers retours sur le projet se sont fait entendre. Nous avons donc décidé de faire un échange avec le projet de Los Limites (qui a 5 ans !) en novembre pour permettre aux paysans de mieux comprendre les aboutissements du projet et les défis à relever.

Pour être plus efficace et prêt, nous avons commencé la construction des séchoirs pour le Noyer Maya. De plus ces séchoirs sont multifonctionnels; les paysans vont bientôt planter du cacao et auront donc besoin de les construire eux-mêmes. Cela nous permet d’étendre l’utilité de nos actions pour leurs propres besoins. Ces premiers séchoirs sont un test pour mieux connaître les capacités du projet sur le long terme. Il faut que les paysans s’organisent et se forment avant de commencer une réelle production, et il y a du travail. La communication et l’entraide n’est pas de mise pour le moment, et le projet doit renforcer ces points afin d’être mené à bien et d’améliorer leurs perspectives.

Une nouvelle moins heureuse est la montée de la rivière Maracas, qui se trouve sur notre zone travail. L’eau est montée rapidement dans la nuit, et a blessée l’un des paysans avec qui nous travaillons, qui sort enfin de l’hôpital ! Suite à ces nouvelles nous avons décidé de changer de place une des pépinières pour des raisons de sécurité évidentes. Pour autant, tout le monde a partagé sa motivation pour la nouvelle pépinière désormais en lieu sûr, et trouve rassurant que cela se soit passé maintenant et non une fois la pépinière en route.

Septembre 2019

Une ouverture sur les chapeaux de roues !

Après nos premières investigations sur le terrain à Becerril, nous avons confirmé la présence de nombreux Noyer Maya. C’est une belle opportunité pour les paysans et pour la préservation de la forêt ! De plus, à la différence d’autres zones géographiques, nous profitons de deux récoltes par an ; de quoi motiver tout le monde pour le lancement du projet. 

 

A la suite d’une première réunion fin août avec les bénéficiaires et l’association APSACESAR qui nous épaule sur ce projet, nous avons présenté plus en détails les activités, avec en prime une dégustation de café au Noyer Maya. Tout le monde était à l’écoute, les premiers échanges, questions et interrogations étaient de mise et nous avons profité des dernières éclaircies avant la saison des pluies. 

Après quinze jours de projet, les pépinières commencent à sortir de terre et les bénéficiaires s’organisent. Les premières graines commencent à tomber des arbres, renforçant notre motivation pour le projet. Nous devons finir les pépinières, et entamer la construction des séchoirs pour les graines des premières récoltes de Noyer Maya. Il nous faut aussi préparer les germoirs pour la première récolte des graines que nous voulons planter, et organiser les premières formations pour aider les agricultures à mieux s’intégrer au projet.

 

 

 

Plus d’informations sur le Noyer Maya ici.  

Ce message est également disponible en : Espagnol