Le festival du Guaimaro, Los limites – Projet Envol Vert « Noyer Maya et élevage soutenable »

Tout au long du mois d’avril, grands et petits unirent leurs efforts pour l’organisation du Festival du Guaimaro qui eut lieu le 23 avril 2017. Au compte des préparatifs : élaboration de quatre tables pour la vente des produits, coccion d’une dizaine de variétés de confitures, préparation de fertilisants et de médicaments fito-thérapeutiques, répétitions de théâtre, spectacle de danse et chant, et bien d’autres choses. Petit á petit, on chauffait les moteurs pour le grand jour.

Dimanche 23 avril, la communauté a veillé pour le Festival, car depuis très tôt ils commencèrent á organiser l’espace avec les chaises, les tentes et la musique. En milieu de matinée le premier Festival du Guaimaro pu commencer. Les femmes commencèrent à vendre leurs fameuses confitures, qui cette fois-ci contenaient plus de saveurs que les traditionnelles (haricots, manioc, courge, guaimaro, entre autres). Les femmes cuisinèrent une variété incroyable de produits à base de guaimaro : galletas, empanadas, deditos, arepas, gâteau, café et jus de fruit.

Parallèlement, le public pu assister aux représentations de deux spectacles de danse : celui monté par les jeunes de Los Limites, et celui de la municipalité de Luruaco. Il y eu également la présentation de deux chansons en l’honneur du Guaimaro, composées par des membres de la communauté, et avec lesquelles la fête s’est animée. Les personnes présentes ont été très touchées par la pièce de théâtre montées par les bénéficiaires du projet et quelques jeunes, car à travers celle-ci ils rejouèrent l´histoire d’Envol Vert et de la communauté, les problématiques qu’ils durent affronter, et les enseignements tirés de ces années de collaboration.

Le Festival se termina avec le Forum multi-acteurs, grâce auquel se rencontrèrent et échangèrent des participants venus de Santa-Catalina-Bolivar, des agriculteurs de Santa-Rita-Guajira, des représentants de la Fondation Proyecto Titi, des micro-entrepreneurs, des journalistes, des activistes sociaux et environnementaux, des mères au foyer, etc. Le dialogue entre ces acteurs conduit à une réflexion collective autours de trois problématiques : la recherche d’alternatives économiques durables et de large influence, l’implication des jeunes dans les secteurs agricole et environnemental, et les possibles interactions et soutiens à configurer entre les entités gouvernementales et la société civile.

Ainsi, nous pouvons dire que le Festival du Guaimaro fut un enchantement pour nos sens, et nous espérons que cette célébration continuera à se dérouler chaque année jusqu’à devenir un évènement de tradition culturelle.

Ce message est également disponible en : Espagnol