Actualités 2017 du projet Envol Vert « Noyer Maya et élevage soutenable » en Colombie

Octobre 2017

Los Limites et ASOCALIM sèment pour soutenir la conservation environnementale

©PalomaRVLes paysans ainsi que quelques femmes et jeunes de la communauté de los Limites ont commencé à suivre un cours sur les semences, délivré par une entité colombienne éducative, la SENA. Le cours servira à approfondir les connaissances en agro dont disposent déjà les paysans ainsi que certaines femmes de la communauté tandis que pour les jeunes c’est une opportunité de découvrir l’agriculture.

Dans le cadre du cours, tous les participants ont reçu des graines, du terreau constitué de matières organiques, et un bac de germination. La totalité des fournitures a été utilisée afin de réaliser des semis de toutes sortes comme de pastèque, concombre, coriandre et tomate. Tous et toutes espèrent que les graines germeront afin de les transplanter dans la zone de culture des paysans, d’ici 2 ou 3 mois, et ainsi profiter de la récolte.

Entre temps, ASOCALIM a participé à Bioexpo Caribe 2017, l’évènement le plus important de biens et de services qui misent sur un environnement durable et la conservation des écosystèmes du pays. Le Gouvernorat d’Atlantico a soutenu l’initiative en assurant la présentation, la promotion et la commercialisation des produits d’ASOCALIM. A cette occasion, l’association proposait ses fameuses confitures, et de l’engrais naturel vendu par kilos.

©PalomaRV

Enfin, le 12 octobre est sortie, à la télévision nationale et sur le canal Caracol, un court métrage qui présente le travail de développement de l’ASOCALIM et de la communauté de Los Limites pour protéger l’habitat du singe Titi à tête blanche. Découvrir la vidéo.

Septembre, 2017

De bonnes choses arrivent pour l’ASOCALIM

projet_titi_mujeresproyecto2017L’ASOCALIM poursuit le processus de renforcement et d’autonomisation par le biais d’un soutien institutionnel. Le gouvernement de l’Atlantico est prêt à ouvrir des espaces pour promouvoir la commercialisation et la promotion des produits fabriqués les paysans. De plus, cet acteur institutionnel se bat pour que l’ASOCALIM reçoive une formation en entrepreneuriat, en tourisme et en anglais de base. D’autre part, la Corporation Environnementale  a réitéré son soutien par le biais d’un stand de vente dans ses installations et étudie les possibilités de leur fournir des formations sur les questions environnementales.
projet_titi_mujeresproyecto2017_2Pendant ce temps, le maire de Luruaco par le ministère de la Culture et du Tourisme a organisé un petit événement pour stimuler le tourisme dans la municipalité de Luruaco, la dernière étape de la route touristique serait le village de Los Limites où nous travaillons, à travers les services agro-touristiques de l’ASOCALIM et les activités et produits d’Asoartesanas, après avoir traversé les pépinières de Pendales et profiter de la spécialité gastronomique de Luruaco. «De bonnes choses arrivent, je sais que de bonnes choses arrivent», a déclaré Liris Torres, chef du Comité de Transformation des Aliments.
L’ASOCALIM est motivé par l’arrivée de visites et souhaite être chaque jour meilleur, aussi une formation touristique a été prévue sur l’agroforesterie dans la zone du projet afin que tout le monde puisse faire face à l’avenir à toutes les préoccupations des touristes qui visitent la communauté et le projet. Les femmes étaient enthousiastes à propos de cette activité et ont considéré qu’elles acquéraient de nouvelles connaissances paysannes enrichissantes.

Août 2017

ASOCALIM intensifie les médias et surmontent les obstacles météorologiques.

Le 19 août, a eu lieu le festival du Titi Cabeciblanco dans la communauté de Los Limites, événement soutenu chaque année par la Fondation du projet Titi. En raison du caractère communautaire et de la confluence des intérêts socio-environnementaux, l’ASOCALIM y a participé. Le “Comité de transformation des aliments” a disposé d’un espace pour la vente de confitures (Noyer Maya, Ananas, Courge), des délices au fromage et des jus de fruits naturels. Ceci a donné d’excellents rendements économiques, commerciaux et publicitaires. Telecaribe a réalisé une interview à l’une des femmes qui a pu parler du processus d’organisation de l’association et de la production de confitures. Mais la visibilité des médias ne s’arrête pas là, car au cours des derniers jours, Caracol Television (chaîne colombienne privée) a fait un documentaire sur les activités agroforestières et productives de l’Association; et le programme Atlántico Líder, promu par le gouvernement, présentera les travaux d’ASOCALIM dans les prochains jours. Tout indique que l’Association continue de progresser et de faire évoluer la région.

Nous sommes aussi heureux de signaler qu’au cours des dernières semaines, et après n’avoir pas laché prise auprès des instances gouvernementales les travaux de canalisation et de drainage sur les parcelles ont enfin avancés. Ainsi, nous espérons que les risques de la saison hivernale seront atténués, et que les familles de Los Limites pourront profiter dans les prochains mois des cultures.
Enfin, il est un plaisir de dire que l’ASOCALIM, il y a quelques jours, a reçu la deuxième visite touristique de Tera Colombia.

 

Avancées à grand pas vers la conservation, la défense et la récupération de l’écosystème de la Forêt sèche tropicale

 

titi_juillet2017Ce mois-ci d’autres évènements nous ont permis de dépasser de nouveau les frontières de la communauté de Los Limites. En premier lieu,  grâce à la Discussion d’Éducation Environnementale et de Prévention des Infractions et Activités illicites dans les zones de conservation. Cet évènement a été réalisé suite aux plaintes récurrentes des paysans face au braconnage de la faune sylvestre que des personnes de la région réalisent de manière indiscriminée. Un des objectifs de l’évènement était de recevoir une participation  importante, ainsi, en plus de membres de la communauté de Los Limites ont été invités: les élèves de différentes écoles de la zone, un des leaders des communautés afrocolombienne de Luruaco,  des professeurs et étudiants de l’Université de l’Atlantico, la fondation Proyecto Titi, le commando de Police de Luruaco et la Police Environnementale de Barranquilla etc… Ces deux derniers acteurs ont été invités dans la mesure où nous désirions trouver un équilibre entre réflexion, sensibilisation et coercition. Le résultat fut prometteur, tous et toutes ont exprimé vouloir œuvrer davantage pour la conservation de l’écosystème de la Foret Sèche tropicale, depuis de petites actions réalisées à l’école jusqu’à une mobilisation plus dense pour dénoncer les braconniers et alerter les autorités face aux délits contre les zones naturelles protégées.
titi_visitetouristique2_juillet2017Mais il y a quelques semaines, les frontières nationales voire continentales ont également été dépassées. Le 23 juillet dernier, ASOCALIM a réalisé la première de nos futures -et espérons-le nombreuses- visites agrotouristiques. Ils ont en effet reçu trois touristes français, qui ont pu profiter d’un accueil chaleureux au sein de la communauté, connaître le quotidien des paysans au milieu de la forêt, leur travail agricole et organisationnel. Christelle, Louis et Paul ont également eu l’opportunité de savourer les confitures et un déjeuner préparés par les femmes d’ASOCALIM. Surtout, ils ont laissé une trace de leur passage à travers la plantation d’un arbre, chacun dans une parcelle différente et baptisé selon leur souhait.

 

titi_visitetouristique_juillet2017A la fin de la visite, tous trois nous ont manifesté leur grande satisfaction, Paul reviendra voir son guaimaro, nommé « Pablito », Louise envisage d’orienter ses études de droit vers le développement afin de pouvoir travailler sur des projets comme celui-ci et leur maman Christelle, promet qu’elle recommandera la visite auprès de l’agence via laquelle elle nous a connus, Tierra Colombia.

 

 

 

 

Juin 2017

Congés solidaire : Envol Vert a réuni les salariés de Maisons du Monde en Colombie sur son projet d’agroforesterie

Du 2 au 11 juin, Envol Vert a accueilli des salariés de l’entreprise Maisons du Monde au cœur de la côte des Caraïbes. L’objectif pour l’association était de sensibiliser les collaborateurs de l’entreprise aux enjeux de la déforestation en les fédérant autour d’un projet d’agroforesterie.

congé solidaire maison du mondeDans cette zone particulièrement touchée par la déforestation de la forêt sèche, ce programme d’agroforesterie rassemble une trentaine de villageois et villageoises afro-descendants et sans terre du petit village de Los Limites. Il vise à restaurer l’écosystème forestier, préserver la biodiversité et les ressources en eau, notamment à travers la plantation d’un arbre emblématique : le Noyer Maya. En plus de son volet environnemental, il présente aussi un volet social en permettant aux agriculteurs de cultiver plus longtemps sur des terres, de diversifier leurs cultures pour une meilleure sécurité alimentaire et de développer des alternatives économiques par la transformation de produits en vue d’augmenter leurs revenus.

Les salariés de Maisons du Monde ont pu aller à la rencontre des équipes d’Envol Vert et partager le quotidien des familles impliquées dans le projet. Cette opportunité de congés solidaires leur a permis de découvrir une nouvelle culture, de tisser de nouveaux liens et de découvrir le travail d’Envol Vert sur ce projet financé par la Fondation Maisons du Monde. « Je pense que notre présence permet de valoriser leur travail et de renforcer leur confiance en l’importance de leur action grâce aux échanges que l’on a pu avoir avec eux et l’intérêt qu’on leur a porté » indique Sabine, du magasin de Marche-en Famenne en Belgique. « Ce voyage m’a fait redécouvrir le sens de l’esprit de solidarité et de travail en communauté que nous avons souvent perdu chez nous » indique Caroline du siège social à Nantes

L’aventure ne s’arrête pas en Colombie, ce séjour représente aussi pour chacun l’occasion de s’interroger sur des problématiques de consommation et de développement durable et la politique de Responsabilité social et environnementale mise en œuvre au quotidien par Maison du Monde. Julie du magasin de Metz, nous a témoigné que « Grâce à ce voyage je me rend compte que la reforestation est indispensable et que chaque graine est précieuse et je réalise le potentiel des arbres et de la nature pour la vie quotidienne de l’homme ». « Passez ces 10 jours avec l’équipe d’Envol Vert m’a montré l’importance du travail des associations avec les communautés locales et m’a redonné confiance en ces acteurs incontournables pour la lutte contre le changement climatique » termine Nathalie du magasin de Thonon-les-bains.

__

Les éléments clés du Projet :

  • 1 pépinière collective de 1500 plantules permanentes d’arbres natifs et arbres fruitiers
  • 2800 arbres plantés sur 34 hectares de parcelles paysannes pour les convertir en agroforesterie
  • 34 familles directement impliquées pour l’amélioration de leur cadre de vie et la restauration des écosystèmes

Oh la la ! Noyer Maya et progrès en durabilité économique

IMG-20170710-WA0001La communauté a reçu à bras ouverts les employés de Maisons du Monde, avec qui ils réalisèrent durant une semaine toute une série d’activités dont : la visite des parcelles agroforestières des paysans, l’observation de tamarins Titi à tête blanche, la plantation de 302 arbres dont des noyers maya bien sûr, mais aussi des acacias, hobo, campano, guaximo, orejero et jaboncillo, de la danse et de la peinture avec les enfants, une conférence d’ethnobotanique, un atelier de cuisine et une vente sur la route de confitures de mangue, ananas et noyer maya. Sans aucun doute, ces jours chargés d’émotions et d’enseignements ont laissé des traces dans le cœur de chaque visiteur et chaque habitant de Los Limites.

IMG-20170710-WA0004Julie, du magasin de Metz, témoigne que : “ Grâce à ce voyage je me rend compte que la reforestation est indispensable et que chaque graine est précieuse. Et je réalise le potentiel des arbres et de la nature pour la vie quotidienne de l’homme.” ; “ Passer ces 10 jours avec l’équipe d’Envol Vert m’a montré l’importance du travail des associations avec les communautés locales et m’a redonné confiance en ces acteurs incontournables pour la lutte contre le changement climatique. ” Conclue Nathalie, du magasin de Thonon-les-bains.

IMG-20170710-WA0002S’ajoutant aux émotions suscitées par la visite de Maisons du Monde, nous sommes émus d’annoncer que les noyers maya de l’hacienda El Ceibal qui entoure la communauté, ont enfin produit des graines. Cette découverte assure une plantation extensive de ces arbres au cours des mois à venir. Cela nous donne également la perspective, après une sélection rigoureuse, d’une bonne quantité de matière première pour la production d’aliments à base de noyer maya, pour la vente comme pour enrichir le régime alimentaire quotidien de la communauté.

IMG-20170710-WA0000Les formations que les femmes de la communauté sont entrain de suivre en production et commercialisation d’aliments montrent leurs résultats de jour en jour. En effet, elles ne produisent plus seulement des confitures, mais également des chutney et des compotes. Un échantillon de ces produits a été exposé à la vente au Festival de la Arepa de Huevo qui eu lieu à Luruaco entre le 1er et le 3 Juillet. Les produits ont fait leur effet, et ça a été une bonne opportunité pour que l’organisation continue à se faire connaître au niveau local.

Mai 2017

Ouvertures de marché

Ouvertures de marché noyer maya et élevage soutenableLes richesses du Noyer Maya se sont faites connaitre grâce à la participation d’ASOCALIM à deux évènements importants : “Saveurs & Savoirs” et “ Barranquilla se Nourrit de Toi”. Etaient présents à ces évènements des personnes désirant manger bio et acquérir ces produits via le commerce équitable. De plus, ils ont pu apprécier le travail communautaire que les familles de Los Limites sont en train de renforcer. Dans le cadre de ces évènements, des confitures et des deditos de Noyer Maya ont été vendus. Mais ce n’est pas tout, grâce aux nombreux contacts réalisés, un potentiel marché pour la farine de Noyer Maya est en train d’émerger. En ce sens, nous nous plaisons à penser que la communauté rencontre peu à peu des sources de revenus durables, et que l’association et ses modalités de travail se font connaitre à l’échelle régionale. D’ailleurs, nous remercions la Fondation Proyecto Titi, la Fondation Acciones Transformadoras Integrales et Slow Food pour leurs invitations et leur soutien.

 

AVRIL 2017

LE FESTIVAL DU GUÁIMARO, DE ET POUR LOS LIMITES

Tout au long du mois d’avril, grands et petits unirent leurs efforts pour l’organisation du Festival du Guaimaro qui eut lieu le 23 du mois. Au compte des préparatifs : élaboration de quatre tables pour la vente des produits, coccion d’une dizaine de variétés de confitures, préparation de fertilisants et de médicaments fito-thérapeutiques, répétitions de théâtre, spectacle de danse et chant, et bien d’autres choses. Petit á petit, on chauffait les moteurs pour le grand jour.

Dimanche 23 avril, la communauté a veillé pour le Festival, car depuis très tôt ils commencèrent á organiser l’espace avec les chaises, les tentes et la musique. En milieu de matinée le premier Festival du Guaimaro pu commencer. Les femmes commencèrent à vendre leurs fameuses confitures, qui cette fois-ci contenaient plus de saveurs que les traditionnelles (haricots, manioc, courge, guaimaro, entre autres). Les femmes cuisinèrent une variété incroyable de produits à base de guaimaro : galletas, empanadas, deditos, arepas, gâteau, café et jus de fruit.

Parallèlement, le public pu assister aux représentations de deux spectacles de danse : celui monté par les jeunes de Los Limites, et celui de la municipalité de Luruaco. Il y eu également la présentation de deux chansons en l’honneur du Guaimaro, composées par des membres de la communauté, et avec lesquelles la fête s’est animée. Les personnes présentes ont été très touchées par la pièce de théâtre montées par les bénéficiaires du projet et quelques jeunes, car à travers celle-ci ils rejouèrent l´histoire d’Envol Vert et de la communauté, les problématiques qu’ils durent affronter, et les enseignements tirés de ces années de collaboration.

Le Festival se termina avec le Forum multi-acteurs, grâce auquel se rencontrèrent et échangèrent des participants venus de Santa-Catalina-Bolivar, des agriculteurs de Santa-Rita-Guajira, des représentants de la Fondation Proyecto Titi, des micro-entrepreneurs, des journalistes, des activistes sociaux et environnementaux, des mères au foyer, etc. Le dialogue entre ces acteurs conduit à une réflexion collective autours de trois problématiques : la recherche d’alternatives économiques durables et de large influence, l’implication des jeunes dans les secteurs agricole et environnemental, et les possibles interactions et soutiens à configurer entre les entités gouvernementales et la société civile.

Ainsi, nous pouvons dire que le Festival du Guaimaro fut un enchantement pour nos sens, et nous espérons que cette célébration continuera à se dérouler chaque année jusqu’à devenir un évènement de tradition culturelle.

MARS 2017

LES PAYSANS ONT ACHEVÉ LA CONSTRUCTION DE LEUR RANCH

 

IMG-20170415-WA0001Les paysans désiraient un lieu près de la pépinière où ils pourraient partager des moments collectifs, et accessoirement abriter les visiteurs lorsque la pluie les surprendrait : un ranch élaboré avec les matériaux offerts par la forêt tropicale sèche.

Sa construction débuta l’an passé. Plusieurs journaliers mirent sur pied une structure résistante. Ce travail se déroula en plusieurs phases. Dans un premier temps il fallut aller chercher du bois de mora (maderable de bonne qualité) et des lattes (essence fine) coupées à la machette. Ensuite, tous ensemble les journaliers creusèrent des tranchées à la pelle pour enterrer la mora et ainsi obtenir les fondations. Ensuite ils montèrent l’ossature du toit triangulaire avec les lattes. Une fois cette structure mise sur pied, de nombreux problèmes empêchèrent de couvrir le toit de palmes. De fait, lors de leur visite, les employés de Maison du Monde durent s’abriter des averses sous un toit improvisé avec une bâche plastique.

IMG-20170415-WA0000Mais ce mois-ci, enfin, les agriculteurs obtinrent la palme grâce à un contact noué dans la municipalité de Santa Cruz. Une fois les 1100 palmes transportées sur place, les paysans montèrent le toit en deux demi-journées de travail. Cet ouvrage démontre que des réalisations sont possibles grâce au travail en équipe des paysans de la ASOCALIM.

Par ailleurs, l’autonomisation de ASOCALIM se poursuit grâce à la formation de 28 femmes de la communauté en  « manipulation d’aliments » par deux intervenantes du SENA. Cette formation de 340 heures permettra de renforcer les compétences des membres de l’association, notamment  concernant la standardisation du produit et l’insertion sur le marché.

IMG-20170415-WA0002Enfin, la communauté est en pleine organisation de la première édition du Festival du Guaimaro, qui aura lieu le 23 avril. Cet évènement compilera de multiples activités à caractère socio-économique, culturel, et surtout environnementale. La promotion de ce festival est actuellement en cours par la radio local et les réseaux sociaux, dans l’espoir d’attirer un public le plus large possible.

 

 

 

FÉVRIER 2017

ASOCALIM PRÉSERVE LA RESSOURCE HIDRIQUE

Durant la période estivale, la ressource en eau devient d’autant plus cruciale pour les travaux agricoles. De ce fait, un protocole d’utilisation plus efficiente du système d’irrigation a été mis en place, incluant un chronogramme et une répartition des activités par groupes de travail.

Profitant de la saison sèche, ASOCALIM a reçu la visite de machinistes venus évaluer l’ampleur des travaux à entreprendre avant le retour des pluies : levées de digues nécessaires a la réparation de la canalisation d’évacuation du barrage. Cette visite avait fait l’objet d’une sollicitation auprès du Secrétariat de la Prévention des Désastres de la du département de l’Atlantico, suite aux ravages causés par les violentes averses de 2016.

Ce mois-ci, les paysans ont reçu la visite de Boris, co-fondateur d’Envol Vert. Ce furent de belles retrouvailles avec Boris, qui avait initié les agriculteurs de Los Limites au concept d’agroforesterie plus de deux ans auparavant. En suivant le parcours qui relie chaque parcelle, tout le travail et le courage des bénéficiaires ont été révélés par le fait que ceux-ci ont continué d’observer les principes de l’agroforesterie, malgré l’adversité des aléas climatiques.

JANVIER 2017

Vers une plus grande autonomie des bénéficiaires

elevage_fev17_2Pour initier le processus, deux membres d’ASOCALIM (Don Juan et Don Tomas) ont effectué une visite aux agriculteurs de la communauté de Santa Rita-Guajira, qui démarrent un nouveau projet en partenariat avec Envol-Vert. Il s’est agi d’apporter conseil et accompagnement pour la construction de deux pépinières sur la partie centrale du terrain des bénéficiaires, ainsi qu’une formation pour la préparation du composte biologique et des purins. D’autres formations au sujet du design permaculturel et des plantations en système agroforestier sont à venir pour les agriculteurs de Santa Rita.

elevage_fev17

Dans la continuité des travaux de l’année 2016 concernant le système d’irrigation, ce mois-ci a été dédié aux réparations. La dégradation du système était la cause d’importantes pertes en eau, ce qui a conduit les agriculteurs à mener diverses activités afin d’obtenir l’irrigation de chaque parcelle avec une utilisation plus efficiente des ressources hydriques.

elevage_fev17_3Les activités en question étaient, entre autres : l’adaptation de la tuyauterie pour remplir le réservoir, la signalisation du système d’irrigation, la réparation des fuites et zones dégradées à l’aide de matériel spécifique nouvellement acquis grâce à Envol Vert. Les travaux étaient coordonnés par Don Juan, et réalisés par lui et les autres bénéficiaires du projet. Cela a permis des avancées significatives, notamment deux journées d’arrosage des parcelles.

Il est désormais temps que les bénéficiaires prennent pleinement les responsabilités que requiert le fait de s’être constitués en association. Le travail accompli le mois dernier démontre l’autonomisation des bénéficiaires, fondement de la stratégie de sortie de projet qui caractérise l’année 2017.