agroforesterie arbres fruitiers anciens

Présentation du projet : Fruitiers anciens en agroforesterie

Le projet vise à faciliter la plantation d’arbres fruitier de variété anciennes en association avec des cultures diversifiées et petits élevages.

Dans le cadre de systèmes agroforestiers variés et adaptés à chaque ferme incluant le sylvo-pastoralisme avec petits élevages, les bénéficiaires du projet mettent en place des systèmes agricoles plus durables et diversifiés issu d’initiatives locales permettant la sensibilisation à long termes à la consommation de fruits locaux et le maintien de la biodiversité domestique et locale comme les batraciens.

Le Tarn des batraciens menacées dans une département agricole en transition

parc_naturel_haut_languedocLe Parc naturel régional du Haut-Languedoc est un territoire situé à la pointe sud du Massif central, en Occitanie et notamment le Tarn.

Le Parc naturel régional du Haut-Languedoc (PNRHL) présente des paysages très diversifiés forestiers et agricoles. Le territoire du PNRHL et sa zone tampon draine une grande diversité biologique avec 170 espèces animales, près de 250 espèces d’oiseaux dont 120 nicheuses régulières, 26 espèces de chauve-souris sur les 33 présentes en France, 2 500 espèces de plantes à fleurs.

Le Tarn qui sera la zone principale d’action du projet abrite environ 1/3 des espèces présentes en France avec 12 espèces. Il s’agit du département d’Europe avec le plus de biodiversité de batraciens avec notamment le triton marbré, le crapaud accoucheur et calamite ou encore la grenouille agile, verte et rousse. Toutes les espèces de batraciens du département sont en régression quand ce n’est pas menacées d’extinction. Un couvert végétal suffisant et dense permettant la connexion entre des mares naturelles et les forêts sont indispensable pour maintenir les populations.

Des arbres anciens plantés pour développer l’agroécologie

  1. Gestion à l’intérieur de 5 fermes sur 18 hectares en tout de systèmes agro-forestiers et sylvopastoraux à travers la plantation de 3000 arbres fruitiers issus de variétés anciennes.
  2. Sensibilisation de 15 écoles à l’importance des paysages biodiversifiés et fertiles à travers la plantation de 2 arbres fruitiers par école.
  3. Recréer des paysages fertiles et biodiversifiés permettant le maintien de la biodiversité menacée notamment les batraciens sur les 5 fermes avec restauration de mares.
  4. Soutenir 2 pépiniériste locaux spécialisés dans les variétés anciennes de fruitiers et 5 familles de paysans locaux dans la mise en place de projets d’agroforesterie.

Les variétés anciennes

Une grande diversité de pommes liées à ce territoire a été identifié. Parmi la centaine de variétés recensées, 43 ont été identifiées comme étant de tradition locale. Or, ce patrimoine fruitier disparaît peu à peu.

L’apparition dans les années 1950 de l’arboriculture industrielle, qui tend à homogénéiser les pratiques et les variétés utilisées, est l’une des principales causes de cette disparition. S’ajoute à cela un autre facteur qui intervient dans la perte de cette biodiversité cultivée : la déprise agricole. En effet, avec la diminution de la population rurale, c’est toute une culture, un savoir-faire et des pratiques liés à l’arboriculture qui disparaît.

arbres_fruitiers

Un réseau d’acteurs dont le parc régional ont sélectionné cinq variétés : la Milharenque, la Reinette de Marso, la Pomme de Rouairoux, la Janissole et la Cœur de Bœuf.

De jeunes plants de variétés anciennes de pommiers ont rejoint en janvier 2016 quatre vergers de sauvegarde accueillant chacun entre 15 et 25 arbres des 5 variétés différentes. Sur les fermes du projets l’objectif est de diversifier les essences en visant à les maintenir. Pour cela les essences seront choisies en fonction de leurs caractéristiques mais aussi de leur ancienneté.