Présentation du projet : Yanayacu-Maquia, Pérou

En 2006, le gouvernement péruvien a délégué à l’association Biodiversité Amazonienne un territoire de 40.000 ha de forêt amazonienne sous forme de « concession de conservation » pour une gestion durable par l’association des écosystèmes et de la biodiversité du territoire.

Le territoire de la concession de conservation Yanayacu-Maquia, située en pleine Amazonie et très difficile d’accès est d’une richesse écologique exceptionnelle. Il reste encore « bien préservé » grâce au travail de l’association avec les communautés locales et aux actions de vigilance des gardes parcs.

Les communautés locales ont accès à des conditions de santé et d’éducation extrêmement basique. Elles dépendent principalement des ressources forestières pour vivre. Cependant, le territoire et ses alentours où vivent les communautés fait face à des pressions et menaces de plus en plus fortes générées par des activités illégales dans la zone : déforestation et dégradation des habitats, chasse d’espèces protégées, surpêche et pêche non sélective, pratiques agricoles non durables, et pollutions diverses. Ces pratiques non durables d’exploitation des ressources fragilisent davantage les conditions de vie des populations et la durabilité des ressources naturelles de la zone.

Pour répondre à cela, Envol Vert et Biodiversité Amazonienne soutenus par leurs partenaires techniques et financiers ont mis en place un plan d’action ambitieux pour travailler à long terme avec les communautés : Le projet « Yanayacu-Maquia » : Le projet a pour objectif de préserver le territoire de 40.000 ha de la concession en coopération avec les populations locales en développant un modèle de gestion durable.

 

Les 3 volets qui composent le projet sont :

 

  • La conservation/surveillance : réalisée par les éco-gardes issus des communautés locales. Actuellement 4 éco-gardes travaillent pour le projet. Ils réalisent un travail permanent de surveillance de la zone via des postes de surveillance, des activités permanentes de conservation de la biodiversité et jouent un rôle clé et déterminant dans la sensibilisation auprès des populations sur les actions de conservation.

 

 

 

 

 

 

 

 

  • La recherche scientifique appliquée: réalisée avec les partenaires scientifiques du projet et l’appui technique des éco-gardes. La recherche s’est d’abord concentrée sur la connaissance de la zone. Actuellement le travail de recherche se concentre sur les écosystèmes clés de la concession telles que la tourbière et ses variations de stocks de carbone ; et par la mise en place avec les éco-gardes d’un suivi-écologique des principales espèces menacées, qui, par leur protection et rôle d’espèce « parapluie » protègent tout un écosystème.

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Le développement d’alternatives socio-économiques : Ce volet vise projet à mettre en place à travers la sensibilisation et l’implication des populations, un modèle de gestion coopératif basé sur l’utilisation durable des ressources naturelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Actuellement, le projet travaille avec 5 communautés. Environ 60 familles se sont impliquées, et plus de 80 élèves des écoles ont été sensibilisés à l’environnement. En 2012, un projet de reforestation de zones déboisées aux abords de la concession a été mis en place pour diversifier les cultures. 30.000 arbres dont 32 espèces différents ont été plantés. En 2015, une activité de production de miel a été initiée avec des abeilles natives de la zone : la méliponiculture. L’objectif 2019 du projet est de relancer des activités prioritaires pour diversifier les sources de revenus pour les populations selon leurs attentes et besoins prioritaires.

 

Découvrez les dernières actualités du projet