Actualités 2016

Décembre 2016

Campagne d’enregistrement des plantations forestière à Pichanaki

 

 

brigada_prodefap_serfor

 

Les efforts de reboisement se poursuivent en décembre à Pichanaki. Plus de 18 000 arbres ont déjà été plantés et de nouvelles journées de formations ont été organisées.

 
Capacitación sobre el marco legal forestalParmi elles, trois journées de formation rassemblant 200 personnes ont permis de débattre de la nouvelle loi de Faune et Flore sylvestre officiellement parue en 2015.La nouvelle loi simplifie notamment les démarches d’enregistrement des arbres plantés[1]. Cet enregistrement permet la vente du bois et des produits dérivés des forêts, mais facilite également le dépôt de plainte en cas de déforestation illégale, l’obtention de crédit ainsi que l’enregistrement dans des projets de paiement contre capture de carbone.

Par ailleurs, un accord établis entre le SERFOR[2] et Envol Vert a permis aux producteurs du projet de bénéficier de l’intervention des agents de la campagne « Replantando tu negocio[3]», techniciens mobilisés pour appuyer les agriculteurs dans leurs démarches d’enregistrement des plantations.
Un nouveau pas est ainsi franchi pour la promotion de la sylviculture et des systèmes agroforestiers. Toutefois, plusieurs obstacles demeurent. Les producteurs disposant de plantations forestières en âge d’être enregistrées demeurent peu nombreux et l’enregistrement des plantations requièrent un titre de propriété dont encore trop peu de producteurs disposent.

folleto registracion plantaciones

 

[1] Au Pérou les forêts naturelles sont considérées comme patrimoine national et ne sont censées faire l’objet d’aucune exploitation. Les arbres plantés peuvent en revanche être utilisés pour leur bois sous réserve d’un enregistrement des plantations.
[2] Servicio Nacional Forestal y de Fauna Silvestre
[3] « Sème à nouveau ton négoce »

 

Novembre 2016

En souvenir d’Edouard

doud

 

C’est avec émotion qu’Envol Vert remercie la famille et les amis d’Edouard qui en mémoire de ce fils, ce frère, cet ami ont fait un don à Envol Vert qui sera mis au profil de ce projet d’Agroforesterie au Pérou.

Nous partageons avec vous le témoignage de sa famille.

doud2« Edouard était un aventurier au grand cœur et partout sur son chemin, il a laissé le souvenir d’un garçon débordant d’énergie, qui a su attraper le sourire des gens qu’il rencontrait par sa joie de vivre… il a fait du bruit dans le cœur de tous…..son travail du bois est apparu comme une vraie passion, il était autodidacte et en peu de temps, il a réalisé de ses mains ce que d’autres auraient mis des années à faire…

Son départ soudain laisse un vide infini pour tous ceux qui l’aimaient mais si un peu de lui peut servir une cause aussi noble que le reboisement des zones tropicales, alors il continuera à vivre en chacun de nous et contribuera à l’avenir de cette planète qu’il a pris tant de plaisir à sillonner… »

 

 

toupie

Novembre 2016

Premières plantations définitives d’arbres à Pichanaki

img_20161108_100256En novembre, les premiers arbres de l’année 2016 ont été installés au sein des plantations de café des producteurs de Pichanaki.
A cette occasion, cinq journées de formation ont été organisées avec 55 bénéficiaires du projet. Ces séances de travaux pratiques sont réalisées en plein champs et sont l’occasion de détailler les différentes techniques d’installation des plantes. Plusieurs éléments sont importants ! Un diamètre suffisant du trou de plantation permet un développement rapide de l’arbre. La distance entre deux arbres permet pour sa part d’offrir un ombrage adapté aux plants de café jouxtant les plants installés. Enfin, le marquage des arbres par des tuteurs de signalisation permet de préserver les plants durant les travaux de désherbage. Les formations sont aussi l’occasion de rappeler l’importance primordiale des arbres dans la préservation des écosystèmes, la disponibilité de l’eau et la lutte contre l’érosion des sols.
En tout, ce sont 9700 cèdres colombiens, première espèce prête pour l’installation, qui ont été installés. Cette espèce sera bientôt rejointe par différentes variétés telle que la caoba (l’acajou), l’ulcumano ou encore la moena. Ainsi, la diversité des plantes installées garantie l’implantation d’une biodiversité plus importante au sein des parcelles et diminue les risques de destruction des arbres par les ravageurs.

img_20161108_100316img_20161112_102151

 

 

 

 

 

 

 

Octobre 2016

Envol Vert sensibilise aux enjeux du reboisement a Pichanaki

article-octobre-projet-agro-photo-1En octobre, une nouvelle activité venait s’ajouter aux actions de suivi des pépinières et de repique sur le projet Pichanaki.

En partenariat avec la coopérative CAMPC et l’Institut d’Education Supérieur Technologique de Pichanaki, deux séances de sensibilisation aux enjeux du reboisement et des services éco systémiques ont été mises en place. Retour sur ces deux évènements !

Quand une coopérative fête son anniversaire…

La Coopérative Agraire de Femmes Productrices de Café (CAMPC en espagnol), ce sont plus de 50 agricultrices dynamiques et ambitieuses. Et cela se voit lorsqu’elles organisent l’anniversaire de leur coopérative ! Dégustation de café sélectionné, bilan des actions de l’année passée, inauguration des nouvelles machines de transformation du café et cette année-là, sensibilisation aux enjeux du reboisement. L’occasion de revenir sur une notion encore nouvelle ; les services éco systémiques 1.

Le rôle des forêts dans la gestion de l’eau de la planète a fait l’objet de nombreuses réactions. Jésus, 20 ans, prend la parole : « Avec notre association de jeunes, nous avons reboisé les rives du Rio Pérené. Nous voulons montrer à nos ainés que les jeunes se sentent concernés par le réchauffement climatique et la protection de l’environnement ».

A l’issue de la séance, CAMPC et Envol Vert ont organisé un concours de remplissage de sachets de terre, les mêmes utilisés pour les repiques de plantules d’arbres forestiers. Une manière de rappeler que tous les petits gestes comptent lorsqu’il s’agit de préserver les écosystèmes !

Un technicien sensibilisé, des centaines d’agriculteurs bien conseillés

article-octobre-projet-agro-photo-2Quelques jours plus tard, Envol Vert réitérait sa sensibilisation avec les étudiants de la section agronomique de l’Institut Supérieur Technologique de Pichanaki. Après la visite de l’espace de germination du projet, la matinée s’est poursuivie par une discussion entre les étudiants et le volontaire sur les thèmes du reboisement et des techniques d’agroforesterie2. A Pichanaki, de nombreux produits agricoles tels que la banane ou l’ananas sont cultivés en plein soleil et sont responsable de la déforestation et de la dégradation des sols. Montrer que des associations de culture sous ombrage sont possibles et rentables devient, dès lors, une priorité pour les défenseurs des écosystèmes de la zone.

De plus, sensibiliser les techniciens agricoles de demain revêt un enjeu particulier. Convaincre un technicien ou un ingénieur des bienfaits de l’agroforesterie, c’est s’assurer que des centaines de producteurs recevront par la suite des conseils pour appliquer des méthodes plus respectueuses de l’environnement et de leur santé.

Une occasion que ne pouvait manquer Envol Vert qui a déjà prévu de renouveler l’opération auprès des premiers et troisièmes cycles de l’institut technologique de Pichanaki.

1 Les services écosystémiques sont définis comme étant les bénéfices que les êtres humains tirent du fonctionnement des écosystèmes. L’expression a été forgée dans le champ des sciences biologiques pour mettre en évidence les liens de dépendance de l’humanité vis-à-vis des milieux naturels. (INRA, 2013)

2 L’agroforesterie ou l’agrosylviculture est un système productif agricole qui intègre des arbres, du bétail et du fourrage ou des cultures herbacées dans une même unité productive. Ce système est destiné à augmenter la productivité des terres tout en étant écologiquement durable.

Septembre 2016

Tournées de suivi et expérimentation de traitements naturels

pichanakiLes tournées de suivi des pépinières ont débuté à Pichanaki. Accompagné de Julio et des techniciens agricoles des coopératives de producteurs, le volontaire sur place rend régulièrement visite aux 18 pépinières du projet. Malgré les attaques de plusieurs prédateurs naturels (fourmis, grillons et autres champignons parasitaires) la majorité des plantes poursuivent leur croissance à l’ombre des toits de maille ou de branches des pépinières.
Dès que cela possible, des recettes naturelles sont appliquées pour lutter contre les ravageurs. Le 15 septembre dernier, les bénéficiaires du centre peuplé Alto Zotani testaient ainsi une nouvelle recette naturelle pour contrôler la prolifération de champignons dans les pépinières. Principalement composé de bicarbonate de soude, (un produit en vente libre en pharmacie !), la recette permet de diminuer la quantité d’intrants chimiques utilisés, responsables de la dégradation de l’environnement et de la perte de productivité des sols.
Un service rendu aux écosystèmes, mais pas seulement. En employant des « recettes maisons » les agriculteurs diminuent leur dépendance aux intrants industriels et réalisent des économies. Ce faisant, ils réduisent aussi leur exposition à des produits fortement toxiques et préservent leur propre santé !
Outre les tournées de suivi, le mois de septembre a permis de semer de nouvelles espèces forestières dans l’espace de germination du projet et de rencontrer de nouveaux partenaires potentiels.
Autant de sources de réjouissance et d’optimisme pour la suite du projet !

Aout 2016

Pourquoi construire des pépinières collectives ?

pichanaki_aoutLes séances de repiques ont débuté à Pichanaki avec le projet d’Agroforesterie. Le cèdre colombien est la première espèce à sortir de l’espace de germination. Les plantules sont amenées à moto aux centres peuplés qui participent au projet. Sur place, les volontaires d’Envol Vert et les bénéficiaires du projet installent les futurs arbres dans les pépinières collectives. Chaque plantule est repiquée dans un petit sac de terre durant un travail en groupe ; la Faena.
Pourquoi partager une pépinière lorsque chacun pourrait cultiver ses plantules chez soi ? La première réponse pragmatique ; l’arrosage et le suivi est largement facilité tant pour Envol Vert que pour les bénéficiaires. Mais au-delà de l’aspect pratique, c’est tout un espace de sociabilité et d’échanges qui est créé au sein du lieu dit. A travers la gestion commune de la pépinière, les bénéficiaires communiquent, débattent et développent des capacités d’auto-organisation. Comment s’organiser pour assurer un arrosage régulier ? Que faire lorsqu’un voisin veut participer au projet mais n’a pas pu venir le jour du travail en groupe ?
Autant de questions qui suscitent le dialogue et procurent au projet « Agroforesterie » une dimension sociale à part entière.

1er semestre 2016

Un nouvel envol pour le projet Agroforesterie à Pichanaki

pichanakiAprès une pause de quelques mois, les activités ont repris à Pichanaki. Une nouvelle phase du projet « Agroforesterie et Récupération d’Aires Dégradées » est amorcée pour l’année 2016-2017.
Au cours du premier et du second trimestre 2016, des accords de partenariat ont été conclus avec trois coopératives de producteurs de café. Déjà présentes les années précédentes, les coopératives ACPCPichanaki et Valle Ubiriki ont renouvelé leur engagement au sein du projet. En plus de ses alliés historiques, Envol Vert a le plaisir de travailler cette année avec la Cooperativa Agraria de Mujeres Productoras de Café, (CAMPC Pichanaki), essentiellement constituée de productrices.
Avec ses partenaires, Envol Vert s’est fixé pour objectif de reboiser 500 hectares de terrain en 2016 – 2017, ce qui correspond à 60 000 arbres plantés. Huit espèces d’arbres locaux ont été sélectionnées, dont trois sont associables avec des cultures de café ; le cèdre colombien, la caoba et l’ulcumano, aussi appelé le pin péruvien.
Les mois de juin et juillet ont également permis d’effectuer les premières réunions de présentation du projet auprès des centres peuplés de Pichanaki. 14 centres peuplés se sont engagés, soit un total d’environ 200 producteurs et productrices !
Enfin, les premiers semis ont été placés dans l’espace de germination. Nous attendons désormais avec impatience de débuter les séances de repique dans les pépinières du projet !