agroforestry and coffee

Actualités 2018

Mars 2018

Des Graines pour Envol Vert !

Ce mois-ci sont arrivées les nouvelles graines de légumes offertes par l’association Kokopelli pour les parcelles démonstratives de nos agriculteurs !

[AGROFO]Production2017Pampa Azangaro avec Julio et Selmira_Janvier2018@M.SARDAL’année dernière, un premier lot de semences Kokopelli avait permis la réalisation d’une production diversifiée de légumes dans deux centres peuplés (Pampa Azangaro et Ungaroni), composée de choux, salades, tomates, carottes, courges, plantes aromatiques et bien d’autres encore.

Jesus Gamarra de Pampa Azangaro commentait il y a peu « nous sommes particulièrement satisfaits des variétés utilisées dans notre jardin car la récolte a été très productive ».

Cette première expérience a également permis de récolter des graines de salades, coriandre, basilic, choux, radis, navets et tomates… Permettant aux agriculteurs d’être autonomes sur leurs parcelles. Une continuité librement permise par le caractère reproductible des semences fournies par l’association.

[AGROFO]Récolte de laitue à Pampa Azangaro_Janvier2018@M.SARDADevant la volonté des producteurs de poursuivre le projet des parcelles démonstratives, et face à ces résultats, l’équipe a de nouveau sollicité l’association Kokopelli qui renouvellera une année encore son appui au projet.

Les potagers rencontrent un vif intérêt de la part des producteurs et leurs voisins, de par leur gestion biologique qui permet de bons rendements tout en garantissant une qualité supérieure aux produits, sans aucun danger pour la santé.

Cela permet donc aux producteurs de compléter leur alimentation grâce à un accès direct aux légumes et d’y apporter fibres et vitamines. A titre d’exemple, le centre peuplé de Pampa Azangaro se situe à plus d’1h30 du marché le plus proche. La production locale de fruits et légumes permet donc non seulement d’améliorer l’accessibilité et la qualité des produits, mais également de diminuer considérablement les coûts de transport.

Pour cette nouvelle année, deux campagnes de culture seront réalisées. La première commence ce mois-ci avec le désherbage et la préparation du terrain (lit de semences, engrais, organisation spatiale du terrain…) et devrait permettre l’obtention d’une récolte autour de juillet-août. En septembre, une seconde campagne aura lieu pour une dernière récolte en décembre ou janvier.

[AGROFO]Production de semence à Pampa Azangaro_Janvier2018@M.SARDA

Les graines fournies par Kokopelli étant reproductibles d’année en année, l’objectif à terme est de rendre les producteurs autonomes dans la production de semences. En effet, chaque année, ils pourront récolter les graines issues de leur propre production de légumes. Afin de diversifier au maximum les parcelles de chaque producteur, des échanges de semences pourront être effectués entre les différents centres peuplés, permettant par la même une cohésion des communautés au sein du projet.

Février 2018

De nouvelles espèces forestières pour l’année 2017 !

[AGROFO]Nogal Amarillo et Quina quina chez Roberta Quispe_Janvier 2018@M.CORREIA ANTUNESEn janvier 2018, une nouvelle espèce forestière a rejoint les pépinières des producteurs de café à Pichanaki : la Quina Quina. Celle-ci s’ajoute à liste des 15 espèces de bois d’œuvre inscrites au programme de reforestation (Moena, Alcanfor, Tornillo, Nogal, etc.). Cette forte diversification fait suite à la demande des producteurs de café, à leur implication dans le projet. En effet, une telle diversité d’espèces permet de fournir de nombreux services, tant pour la culture de café que pour l’écosystème dans son ensemble.
[AGROFO]Parcelle diversifié en agroforesterie_Février 2018@M.SARDAEn premier lieu, la diversification des espèces enrichit les écosystèmes, ce qui facilite la formation de niches écologiques pour de nombreuses espèces animales ou microorganismes présents dans les sols. Cette action permet notamment de réduire considérablement les maladies ou ravageurs. De plus, l’ombre fournie par les arbres va limiter la présence d’adventices et protègera les cultures en contre-bas. Par ailleurs, la litière constituée par les feuilles tombées au sol permet d’enrichir la terre en matière organique, et limite ainsi l’usage d’intrants chimiques. Une économie non négligeable, qui peut aussi permettre d’accéder à la certification biologique. Enfin, la protection des cultures (du vent par exemple) se fait aussi via l’implantation de haies vivantes avec des espèces forestières telle que la Bolaina Blanche.

[AGROFO]Repique de quina quina chez Roberta Quispe_janvier2018@M.CORREIA ANTUNESLes systèmes agroforestiers se basent sur ces éléments. Dans le cadre de la culture du café, des espèces natives telles que la Caoba (Acajou), le Cèdre Colombien ou encore l’Ulcumano se retrouvent au sein des parcelles de café.

Au sein des systèmes forestiers, la particularité de certaines espèces est bénéfique pour l’ensemble de l’écosystème. Cette diversité permet notamment de diminuer la compétition intraspécifique au sein de la parcelle grâce à des besoins en nutriments, eau et ensoleillement variables. Certaines espèces peuvent également avoir une fonction spécifique comme fournir des nutriments et de l’eau au milieu. Par exemple, l’Oropel étant une légumineuse, elle stocke et apporte de l’azote au sol. Par ailleurs, elle retient l’eau ce qui la rend idéale dans les zones souffrant de sécheresse.

[AGROFO]Diversité de plantules en croissance dans le germinadero à Pichanaki_Mars 2018@M.CORREIA ANTUNES

En plus des intérêts écosystémiques, disposer de plusieurs espèces permet aussi au producteur d’effectuer une coupe échelonnée sur plusieurs années et de ne pas déboiser complètement sa parcelle. Associée à un programme de reforestation continue, l’exploitation du bois peut être envisagée de manière durable et rentable avec des revenus échelonnés dans le temps en fonction de la maturité de l’arbre, variable selon les espèces. En plus de la valeur du bois, l’intérêt du producteur se trouve aussi dans la valeur qu’a la graine. La commercialisation des semences constitue également un revenu non négligeable qui participe à la sauvegarde des arbres semenciers et endémiques de la région tout en poursuivant la reforestation.
Par ailleurs, en plus de ses spécificités fonctionnelles, chaque espèce pourra être exploitée de différentes façons selon ses caractéristiques. Nous travaillons avec des bois de différentes qualités. A terme, la Bolaina pourra être transformée en bâtonnet pour les glaces alors que d’autres espèces plus résistantes seront plutôt appréciées pour la construction.

Enfin, pour un système diversifié complet, les producteurs ont commencé à récupérer les graines d’espèces fruitières pour les installer au sein de leur parcelle. En plus d’apporter de la variété, cette fois l’arbre a un impact direct pour les producteurs qui peuvent récolter les fruits et varier leur alimentation.

Autant d’alternatives qui permettent plus d’autonomie et de ressources à l’agriculteur, face à un marché du café fluctuant.

Photos @M.SARDA

Janvier 2018

Récapitulatif des activités 2017

Les chiffres clés

– 20 083 arbres plantés

– 200,83 ha reboisés en systèmes agroforestiers

– 15 pépinières construites ou rénovées dans autant de villages

– 192 familles d’agriculteurs investies à chaque étape, de la gestion de la pépinière à la plantation des arbres

– 33 journées de formations avec plus de 339 participants sur divers thèmes liés à l’agroforesterie et la gestion responsable des parcelles

– 15 actions de sensibilisation à l’environnement auprès des enfants du district avec plus de 170 participants

– 3 Coopératives investies quotidiennement et plus de 5 partenaires institutionnels et associatifs locaux en appui

pasantiabuenavista_novembre2017

En 2017, le projet « Agroforesterie et Café » a confirmé sa popularité croissante par une augmentation d’arbres plantés d’environ 10% par rapport à 2016. Les enjeux principaux se sont donc concentrés sur la diversification des espèces natives apportées ainsi que l’autonomisation des participants.

pampaazangaro_nov2017_Claine216 espèces d’arbres sont venues alimenter les pépinières des bénéficiaires, le bois d’œuvre toujours à l’honneur a également laissé place à quelques arbres fruitiers dans une dualité d’objectifs, à la fois de souveraineté alimentaire et d’apports économiques additionnels. Un programme aussi chargé en formation qui encourage lors de chaque rencontre à la gestion raisonnée des parcelles (traitements organiques, coupe raisonnée, certification du bois…) vers un changement durable des pratiques et une reforestation continue.

Afin de soutenir cette diversification, deux parcelles de démonstration ont été mises en place pour attester par la pratique des mécanismes de planification des parcelles ainsi que de diversification de revenus par l’exploitation de ressources combinées. Ces fermes intégrales disposent, entre autres, de forêt comestible, de potager biologique et apporte une réflexion supplémentaire à des thèmes spécifiques comme l’irrigation.

visite_chez_victor_maceta_novembre2017C’est aussi en ce sens qu’en Novembre dernier a été organisée la première visite d’une ferme bénéficiaire du programme 7 ans auparavant et qui a su mettre en place des systèmes agroforestiers innovants. Une occasion unique pour les représentants des 13 villages investis en 2017 de se rencontrer et d’échanger autour d’un projet commun, un premier pas vers l’autosuffisance et la montée en puissance des agriculteurs.

Cette année encore le projet « Agroforesterie et café » a été soutenu par de nombreux acteurs locaux et internationaux. A noter qu’un nouveau partenariat avec l’association universitaire PERUNIDAD a notamment permis le développement d’actions de sensibilisation auprès des jeunes par la venue de 4 étudiants durant 6 semaines.

Citation : « Avant le thème du coopératisme ne se voyait quasiment pas mais je me suis rendu compte que travailler de façon unie est quelque chose de plutôt agréable, y compris pour les producteurs, ils échangent et se motivent entre eux, ce qui fait que le producteur se sent mieux » Julio Antonio Wilbert Esteban, ingénieur agronome dédié au projet.