Publié le : 13/12/20213.7 min de lecture

Le 27 Mai 2021, l’association Environmental Investigation Agency (EIA) publiait un rapport accablant intitulé “Tainted beef”, au terme d’une enquête sur le secteur bovin en Colombie. L’accent était mis sur les problèmes de traçabilité et de contrôle des fournisseurs indirects de viande bovine, responsables de déforestation et de financement de groupes armés. 

Ce rapport identifiait notamment des cas de déforestation (environ 400 ha) dans le parc national du Chiribiquete et de financement à des groupes armés par des fournisseurs présents dans la chaîne d’approvisionnement des supermarchés Éxito, filiale du groupe Casino en Colombie.

Suite à cette publication, le groupe Casino et sa filiale Éxito ont nié toute responsabilité, cherchant à décrédibiliser par voie de presse la robustesse du rapport d’EIA. 

Dans un communiqué publié jeudi dernier, EIA maintient le contenu et les conclusions de son rapport. Ce dernier est étayé non seulement par les témoignages de plusieurs fournisseurs et abattoirs commerçants avec Éxito mais également par l’analyse des données de l’Institut Colombien de l’Agriculture et de l’Elevage (ICA).

EIA précise notamment que :

  • L’un des intermédiaires interrogés (dénommé la “foire au bétail n°1” dans le rapport) a confirmé participer au blanchiment de bœufs issus de zones protégées et vendre ses produits au groupe Éxito.

  • Un autre fournisseur (renommé “B” dans le rapport) a aussi confirmé vendre du bétail au groupe Éxito, et a avoué avoir soudoyé les forces de l’ordre pour éviter de faire l’objet de procédures environnementales.

  • L’analyse des données de l’ICA (Institut Colombien de l’Agriculture et de l’élevage) a confirmé les problématiques systémiques de déforestation et d’atteintes aux droits humains dans le secteur bovin.

  • La principale source de risque de déforestation et d’atteintes aux droits humains se situe chez les fournisseurs indirects de viande bovine, situés en amont de de la chaîne d’approvisionnement.

Il est donc impossible pour Éxito d’affirmer qu’il n’y a pas de déforestation
dans sa chaîne d’approvisionnement en bœuf en Colombie.

En mars dernier, une coalition de 10 organisations brésiliennes, françaises et colombiennes, a assigné le groupe Casino en justice pour manquement à la loi française sur le devoir de vigilance des sociétés-mères. Entre autres, Casino justifiait ne pas avoir intégré la situation de la Colombie dans son plan de vigilance, en raison du prétendu “faible nombre de rapports mettant en avant l’élevage bovin comme cause de la déforestation en Colombie”.

Au vu des conclusions du rapport d’EIA, nous demandons, à l’ensemble du secteur et principalement au groupe Casino et à sa filiale Exito, cheffe de file de la distribution en Colombie, de mettre en place des actions pour lutter efficacement contre la déforestation et les atteintes aux droits humains dans leur chaîne d’approvisionnement en bœuf dans le pays. Parmi ces mesures, nous comptons notamment sur :

  • Une traçabilité des fournisseurs indirects via un contrôle strict de la part des distributeurs, et non une approche volontaire de la part des abattoirs

  • La réparation des dommages causés par le manque de vigilance du groupe Casino, et notamment des atteintes aux droits humains des peuples autochtones.

Parcourir l’ensemble des informations sur cette campagne
Publié le : 13/12/20213.7 min de lecture

Le 27 Mai 2021, l’association Environmental Investigation Agency (EIA) publiait un rapport accablant intitulé “Tainted beef”, au terme d’une enquête sur le secteur bovin en Colombie. L’accent était mis sur les problèmes de traçabilité et de contrôle des fournisseurs indirects de viande bovine, responsables de déforestation et de financement de groupes armés. 

Ce rapport identifiait notamment des cas de déforestation (environ 400 ha) dans le parc national du Chiribiquete et de financement à des groupes armés par des fournisseurs présents dans la chaîne d’approvisionnement des supermarchés Éxito, filiale du groupe Casino en Colombie.

Suite à cette publication, le groupe Casino et sa filiale Éxito ont nié toute responsabilité, cherchant à décrédibiliser par voie de presse la robustesse du rapport d’EIA. 

Dans un communiqué publié jeudi dernier, EIA maintient le contenu et les conclusions de son rapport. Ce dernier est étayé non seulement par les témoignages de plusieurs fournisseurs et abattoirs commerçants avec Éxito mais également par l’analyse des données de l’Institut Colombien de l’Agriculture et de l’Elevage (ICA).

EIA précise notamment que :

  • L’un des intermédiaires interrogés (dénommé la “foire au bétail n°1” dans le rapport) a confirmé participer au blanchiment de bœufs issus de zones protégées et vendre ses produits au groupe Éxito.

  • Un autre fournisseur (renommé “B” dans le rapport) a aussi confirmé vendre du bétail au groupe Éxito, et a avoué avoir soudoyé les forces de l’ordre pour éviter de faire l’objet de procédures environnementales.

  • L’analyse des données de l’ICA (Institut Colombien de l’Agriculture et de l’élevage) a confirmé les problématiques systémiques de déforestation et d’atteintes aux droits humains dans le secteur bovin.

  • La principale source de risque de déforestation et d’atteintes aux droits humains se situe chez les fournisseurs indirects de viande bovine, situés en amont de de la chaîne d’approvisionnement.

Il est donc impossible pour Éxito d’affirmer qu’il n’y a pas de déforestation
dans sa chaîne d’approvisionnement en bœuf en Colombie.

En mars dernier, une coalition de 10 organisations brésiliennes, françaises et colombiennes, a assigné le groupe Casino en justice pour manquement à la loi française sur le devoir de vigilance des sociétés-mères. Entre autres, Casino justifiait ne pas avoir intégré la situation de la Colombie dans son plan de vigilance, en raison du prétendu “faible nombre de rapports mettant en avant l’élevage bovin comme cause de la déforestation en Colombie”.

Au vu des conclusions du rapport d’EIA, nous demandons, à l’ensemble du secteur et principalement au groupe Casino et à sa filiale Exito, cheffe de file de la distribution en Colombie, de mettre en place des actions pour lutter efficacement contre la déforestation et les atteintes aux droits humains dans leur chaîne d’approvisionnement en bœuf dans le pays. Parmi ces mesures, nous comptons notamment sur :

  • Une traçabilité des fournisseurs indirects via un contrôle strict de la part des distributeurs, et non une approche volontaire de la part des abattoirs

  • La réparation des dommages causés par le manque de vigilance du groupe Casino, et notamment des atteintes aux droits humains des peuples autochtones.

Parcourir l’ensemble des informations sur cette campagne

Partagez cet article sur vos réseaux !

Pour en savoir plus, découvrez nos dernières actualités 

Quel est votre impact sur les forêts ?

Pour en savoir plus, découvrez nos dernières actualités 

Quel est votre impact sur les forêts ?