Grenouille symbole de l'APFF

Projet Ecotourisme : 2 ans après l’autonomisation, que s’est il passé?

Deux ans après la fin de la collaboration avec Envol Vert, nous nous sommes rendus dans la zone éco-touristique protégée de Tarapoto. Située au nord du Pérou dans la Cordillera Escalera, cette aire de conservation attire chaque année toujours plus de visiteurs.

On y arrive au bout d’un chemin de terre d’environ 5 km depuis la ville de Tarapoto. Dans le département de San Martin, au nord du Pérou, le projet d’écotourisme de Tarapoto fait figure d’exemple. Il démontre qu’il est possible de mener des activités touristiques durables qui génèrent des revenus économiques stables pour les habitants.

Ce projet, soutenu dès ses prémices par Envol Vert, a été développé sur le bassin versant de l’Alto Shilcayo, une zone de 2 500 hectares de forêt tropicale humide du bassin Amazonien. Depuis 2015, un accord entre l’association des habitants et le gouvernement a permis de créer une aire de conservation ; ce qui a permis de ralentir les effets néfastes de l’exploitation de la forêt par les agriculteurs, de limiter la déforestation et ainsi la disparition des espèces animales et végétales.

« Nous voulons promouvoir la nature dans son ensemble »

Juver Tuanama Salas est l’un des 4 guides de l’Association de Protection de la Faune et la Flore (APFF). Portrait de JuverIl vit au sein même de la zone de conservation avec sa femme et ses enfants. Deux ans après la fin du partenariat avec Envol Vert, il évoque avec nous les avancées de l’association des habitants et le développement des activités d’écotourisme.

« Nous avons ouvert plus de chemins de trekking et travaillons activement à la diffusion et à la promotion de ces circuits. Ainsi, nous mettons à jour le site internet en ajoutant de nouvelles photos. Aussi, nous nous sommes associés avec une agence de voyages éco-touristique qui promeut les circuits que nous proposons afin d’augmenter le nombre de visiteurs. L’objectif est de promouvoir la nature dans son ensemble. Chaque année, ce sont environ 2000 visiteurs de toutes nationalités confondues qui viennent visiter la zone de conservation. »

Un trésor vert dans l’une des zones les plus déforestées du Pérou

A l’Alto Shilcayo, l’une des grandes initiatives soutenues par Envol Vert a été la création d’un jardin de colibris. « Chaque année, nous observons qu’il y a plus d’espèces qui viennent dans ce jardin. Aujourd’hui il y a un point de vue panoramique, un point d’eau pour les oiseaux et de nombreuses plantes natives ont été installées. Nous sommes très reconnaissants du soutien d’Envol Vert qui nous a beaucoup motivé et nous a permis de développer ce projet », raconte Juver.Trekking en forêt

Le jardin se trouve à 15 minutes de l’entrée de la zone de conservation. Ce territoire de l’Alto Shilcayo fait partie de l’aire de conservation régionale de la Cordillera Escalera. Il s’agit d’un ensemble bien plus vaste de près 150 000 hectares de terres protégées dans une région particulièrement touchée par la déforestation. Un triste constat qui motive encore plus Juver et les membres de l’APFF. « Pour 2021, nous travaillons pour être reconnus au niveau régional comme une entité capable de gérer des projets d’éco-tourisme dans la Cordillera Escalera : nous planifions d’améliorer la partie logistique, de donner plus de moyens à l’équipe de techniciens et à toutes les personnes qui travaillent sur ce projet. Il y a beaucoup de travail à réaliser encore, dans l’Alto Shilcayo mais aussi avec d’autres communautés. La Cordillera Escalera a un potentiel de découverte énorme ! »

Des activités riches et respectueuses de l’environnement

Randonnées, trekkings, sessions d’observations d’amphibiens et d’oiseaux, l’APFF organise de Cascade "Vela de la Novia"nombreuses activités et circuits. « Venez découvrir la Cordillera Escalera et l’Alto Shilcayo pour sa diversité de faune et de flore, vous ne serez pas déçus ! Les membres de l’APFF vous recevront les bras ouverts et vous donneront toutes les informations dont vous avez besoin pour repartir heureux ! »

Pour Juver, ces avancées ont été possibles grâce au soutien d’Envol Vert. Il raconte : « Il y a eu beaucoup de changements depuis qu’Envol Vert nous a laissé indépendants avec les outils que nous avions développés ensemble. Deux ans de travail et de formation continue nous ont permis de progresser. Nous avons appris de nouvelles manières de travailler pour pouvoir continuer à exister et protéger cette zone de conservation. Grâce à Envol Vert, nous savons aujourd’hui mieux gérer les projets de manière générale ainsi que communiquer et coopérer avec les autres institutions, ce qui est très important pour nous. »

Ce message est également disponible en : Espagnol