Publié le : 09/05/20222.3 min de lecture

Une nouvelle étape a été franchie au sein du projet Café y cacao agroforestier en Amazonie péruvienne, dans la zone de Tingo Maria, avec le lancement de la première formation dont ont déjà pu bénéficier l’ensemble des groupes de producteurs. Intégrés à un cycle de formation, ces derniers assisteront à une formation mensuelle, sur diverses thématiques (6 au total) – reliées à l’implémentation d’un système agroforestier au sein de leurs parcelles.

Nombre de participant.e.s disposent d’un panel de connaissances étendu et sont convaincu.e.s des bénéfices apportés par les systèmes agroforestiers. Cependant, la prise de conscience est une chose, mais sa traduction à travers des actions concrètes en est une autre. Ainsi, les formations, pouvant être enrichies d’ateliers pratiques, ont pour objectif d’accompagner les producteurs dans leur réflexion et dans la création d’un système agroforestier.

En ce mois d’avril, nous avons repris les bases : la première formation du cycle porte sur « La vie du sol ». Après avoir défini ce qu’est un sol, appris à distinguer ses différentes couches ainsi que son processus de formation, il s’agit d’aborder les différents facteurs de dégradation du sol, tels que l’agriculture intensive, la déforestation ou encore l’augmentation de la population, ainsi que leurs conséquences. La formation aboutit sur l’identification des avantages et inconvénients des différentes pratiques agricoles et plus précisément sur l’épandage d’engrais organiques et chimiques.

Nous mettons un point d’honneur à la participation des producteurs et productrices aux formations. Une écoute active permet de renforcer l’intérêt des participants pour les thématiques abordées, faire émerger des questionnements et engager des échanges dynamiques tout en développant leurs connaissances.

Ainsi, l’un des enjeux des formations est d’amener les producteurs à réfléchir sur leurs pratiques et la manière de les améliorer afin de préserver la bonne santé des sols cultivés. Les changements de pratiques doivent venir des producteurs eux-mêmes et de la réflexion qu’ils ont élaborée, afin que ces changements perdurent dans le temps.

Enfin, créer des moments de partage est primordial afin de renforcer les liens entre les participant.e.s eux-mêmes et les membres de l’équipe d’Envol Vert.

De notre côté, cette fin d’avril est l’opportunité de réaliser un premier bilan et de réfléchir aux potentielles améliorations que nous pourrions apporter aux prochaines formations.

Foto capacitacion suelos pichanaki
Publié le : 09/05/20222.3 min de lecture

Une nouvelle étape a été franchie au sein du projet Café y cacao agroforestier en Amazonie péruvienne, dans la zone de Tingo Maria, avec le lancement de la première formation dont ont déjà pu bénéficier l’ensemble des groupes de producteurs. Intégrés à un cycle de formation, ces derniers assisteront à une formation mensuelle, sur diverses thématiques (6 au total) – reliées à l’implémentation d’un système agroforestier au sein de leurs parcelles.

Nombre de participant.e.s disposent d’un panel de connaissances étendu et sont convaincu.e.s des bénéfices apportés par les systèmes agroforestiers. Cependant, la prise de conscience est une chose, mais sa traduction à travers des actions concrètes en est une autre. Ainsi, les formations, pouvant être enrichies d’ateliers pratiques, ont pour objectif d’accompagner les producteurs dans leur réflexion et dans la création d’un système agroforestier.

En ce mois d’avril, nous avons repris les bases : la première formation du cycle porte sur « La vie du sol ». Après avoir défini ce qu’est un sol, appris à distinguer ses différentes couches ainsi que son processus de formation, il s’agit d’aborder les différents facteurs de dégradation du sol, tels que l’agriculture intensive, la déforestation ou encore l’augmentation de la population, ainsi que leurs conséquences. La formation aboutit sur l’identification des avantages et inconvénients des différentes pratiques agricoles et plus précisément sur l’épandage d’engrais organiques et chimiques.

Nous mettons un point d’honneur à la participation des producteurs et productrices aux formations. Une écoute active permet de renforcer l’intérêt des participants pour les thématiques abordées, faire émerger des questionnements et engager des échanges dynamiques tout en développant leurs connaissances.

Ainsi, l’un des enjeux des formations est d’amener les producteurs à réfléchir sur leurs pratiques et la manière de les améliorer afin de préserver la bonne santé des sols cultivés. Les changements de pratiques doivent venir des producteurs eux-mêmes et de la réflexion qu’ils ont élaborée, afin que ces changements perdurent dans le temps.

Enfin, créer des moments de partage est primordial afin de renforcer les liens entre les participant.e.s eux-mêmes et les membres de l’équipe d’Envol Vert.

De notre côté, cette fin d’avril est l’opportunité de réaliser un premier bilan et de réfléchir aux potentielles améliorations que nous pourrions apporter aux prochaines formations.

Foto capacitacion suelos pichanaki

Partagez cet article sur vos réseaux !

Pour en savoir plus, découvrez nos dernières actualités 

Quel est votre impact sur les forêts ?

Pour en savoir plus, découvrez nos dernières actualités 

Quel est votre impact sur les forêts ?