Publié le : 08/09/20191.2 min de lecture

Après nos premières investigations sur le terrain à Becerril, nous avons confirmé la présence de nombreux Noyer Maya. C’est une belle opportunité pour les paysans et pour la préservation de la forêt ! De plus, à la différence d’autres zones géographiques, nous profitons de deux récoltes par an ; de quoi motiver tout le monde pour le lancement du projet.

A la suite d’une première réunion fin août avec les bénéficiaires et l’association APSACESAR qui nous épaule sur ce projet, nous avons présenté plus en détails les activités, avec en prime une dégustation de café au Noyer Maya. Tout le monde était à l’écoute, les premiers échanges, questions et interrogations étaient de mise et nous avons profité des dernières éclaircies avant la saison des pluies.

Après quinze jours de projet, les pépinières commencent à sortir de terre et les bénéficiaires s’organisent. Les premières graines commencent à tomber des arbres, renforçant notre motivation pour le projet. Nous devons finir les pépinières, et entamer la construction des séchoirs pour les graines des premières récoltes de Noyer Maya. Il nous faut aussi préparer les germoirs pour la première récolte des graines que nous voulons planter, et organiser les premières formations pour aider les agricultures à mieux s’intégrer au projet.

Publié le : 08/09/20191.2 min de lecture

Après nos premières investigations sur le terrain à Becerril, nous avons confirmé la présence de nombreux Noyer Maya. C’est une belle opportunité pour les paysans et pour la préservation de la forêt ! De plus, à la différence d’autres zones géographiques, nous profitons de deux récoltes par an ; de quoi motiver tout le monde pour le lancement du projet.

A la suite d’une première réunion fin août avec les bénéficiaires et l’association APSACESAR qui nous épaule sur ce projet, nous avons présenté plus en détails les activités, avec en prime une dégustation de café au Noyer Maya. Tout le monde était à l’écoute, les premiers échanges, questions et interrogations étaient de mise et nous avons profité des dernières éclaircies avant la saison des pluies.

Après quinze jours de projet, les pépinières commencent à sortir de terre et les bénéficiaires s’organisent. Les premières graines commencent à tomber des arbres, renforçant notre motivation pour le projet. Nous devons finir les pépinières, et entamer la construction des séchoirs pour les graines des premières récoltes de Noyer Maya. Il nous faut aussi préparer les germoirs pour la première récolte des graines que nous voulons planter, et organiser les premières formations pour aider les agricultures à mieux s’intégrer au projet.

Partagez cet article sur vos réseaux !

Pour en savoir plus, découvrez nos dernières actualités 

Quel est votre impact sur les forêts ?

Pour en savoir plus, découvrez nos dernières actualités 

Quel est votre impact sur les forêts ?