Tour d’horizon des missions de l’association Envol Vert en 2012

Article du 29 décembre 2012

Interview de Daisy Tarrier, Présidente

Pourquoi le travail de terrain est incontournable pour Envol Vert ?

Envol Vert est né sur le terrain… depuis l’observation des projets existants, de leur fonctionnement et de leurs besoins. C’est dans l’unique but d’aider ces projets menés par des différents acteurs qu’ Envol Vert s’est créé. Dès le départ, être sur le terrain et participer à une action concrète, a fait partie des principes d’Envol Vert. Cela se confirme chaque année.

En 2012, ce sont 544 jours cumulés qui ont été consacrés aux missions de terrain, menées par 9 volontaires et administrateurs. Les missions se veulent longues, en général, environ 3 à 4 mois.

Pourquoi des missions longues ?

Les missions longues sont indispensables pour pouvoir gagner la confiance des acteurs locaux, notamment des populations indigènes. Mais aussi pour renforcer les contacts sur place, au niveau institutionnel qui a besoin de voir Envol Vert agir tous les jours  pour accorder leur crédit. La prise de décision nécessite beaucoup de temps. Ces longues missions sont aussi essentielles au projet lui-même car elles permettent de comprendre les difficultés cachées, lever certains blocages,  repérer les opportunités et assurer le suivi des actions et indicateurs.

Quels sont les objectifs de ces missions ?

Pendant ces missions les activités sont plurielles et dépendent de différents projets que nous pouvons  regrouper en 3 catégories :

 

  • Assistance quotidienne au projet et suivi : elle est généralement réalisée par les volontaires. Il s’agit d’apporter du temps et des compétences à l’acteur local pour l’aider dans la réalisation du projet. Cela peut se traduire par un suivi administratif, de la promotion, du travail manuel, de la représentation institutionnelle, des formations, de l’achat de matériel, du suivi du travail d’un prestataire extérieur… Ces missions sont le cœur du travail d’Envol Vert. La présence du volontaire permet un retour communicable sur le travail mis en œuvre sur place. Voir le dernier article sur les actions réalisées par notre bénévole au Pérou.
  • Renforcement stratégique et institutionnel : ce travail est généralement réalisé par les administrateurs. La présence de ces derniers est l’occasion d’aborder avec les partenaires locaux les points à améliorer dans leur relation avec Envol Vert. En plus de s’assurer de la bonne marche du projet à travers différentes interviews. Par ailleurs, c’est l’occasion de prendre rendez-vous avec les différents acteurs institutionnels (état, municipalités, ONG…) et de proposer des alliances.
  • Prospection : il y a deux types de prospection. La recherche de fonds qui est réalisée essentiellement auprès des entreprises du pays ou des filiales françaises qui y sont installées, et la « prospection projet ». La « prospection projet » vise à rechercher d’autres projets à soutenir,  répondant au cahier des charges d’Envol Vert. Comme récemment au Nicaragua.

Comment sont financées ces missions ?

La majorité des frais engagés dans le cadre de ces missions sont financés directement par les bénévoles ou les administrateurs qui partent sur le terrain. Les dons ne financement pas les billets d’avion ou les frais d’hébergement de bénévoles. En effet, nous avons fait le choix de les utiliser  pour financer les besoins des projets, et les personnes qui les mettent en oeuvre (+ de 70% des dons sont  au profit des partenaires de terrain).

Lire :

Nouveaux dons et actions de communication pour le projet Ecotourisme

Un éleveur bovin en pleine évolution…vers le sylvopastoralisme

Septembre 2012 – Focus sur l’avancée du projet « Noyer Maya et sécurité alimentaire »

De grandes avancées pour le Projet Noyer Maya

Un projet qui ne cesse d’aller de l’avant

Découvrez tous les projets d’Envol Vert ici

Poste : Envol Vert recherche un(e) bénévole coordinateur du projet Noyer Maya (plantation et sécurité alimentaire) en Colombie dans la Sierra Nevada