Un projet où les habitant.e.s deviennent les gardien.ne.s de la forêt grâce à l’écotourisme. Il avait pour but de promouvoir l’écotourisme comme activité alternative à la déforestation, en association avec des activités de conservation et retour de la biodiversité (gardes forestiers, suivi de biodiversité, recréation d’habitats).

Le projet s’est développé dans la zone de Tarapoto, bassin versant de l’Alto Shilcayo avec une association locale d’une quinzaine de membres entre 2011 et 2018. Après avoir atteint son objectif, Envol Vert a pu se retirer sereinement du projet et laisser l’Association de la Protection de la Faune et de la Flore prendre son envol…

Suivez les sur les réseaux sociaux ou rendez-vous directement à Tarapoto pour une visite guidée exceptionnelle du Parc Naturel Régional de la Cordillera Escalera.

SUIVEZ L’APFF SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !

En immersion dans le projet Ecotourisme en Amazonie

Découvrez en image le projet d’Ecotourisme en Amazonie

Découvrez sur cette carte l’implantation du projet !

Enjeux

La région au plus haut taux de déforestation du Pérou

Le projet s’est développé dans la région de San Martin, la région la plus déboisée du Pérou avec 18.51% de taux de déforestation.

La zone a longtemps souffert de l’agriculture migratoire, de la chasse illégale d’espèces natives, du trafic de bois et d’occupation illégale de terres. Les ressources hydriques ont subi la déviation des rivières, la surexploitation et la contamination.

La protection de l’aire de conservation régionale Cordillera Escalera (créée le 25 décembre 2005 pour une superficie de 149 870 hectares) a donc du intégrer le facteur humain comme composante de sa conservation. En effet, les causes de sa destruction étaient essentiellement dues à la migration paysanne au sein des zones protégées et à l’absence de sensibilisation et d’information.

Sur une partie de ce territoire, le bassin de l’Alto Shicayo, les habitant.e.s ont pris consciences de l’importance de protéger ce territoire, et ont décidé d’arrêter les activités illégales et de devenir les protecteur.rice.s de la forêt. Ils ont signé avec le gouvernement une convention afin d’y développer des activités durables dans l’aire de conservation régionale Cordillera Escalera.

Le projet a été mené par les habitant.e.s de la zone, constitué.e.s en association : l’APFF (Association de Protection de la Faune et de la Flore). Après avoir été longtemps les propres responsables de la dégradation du lieu, ils sont devenus les gardien.ne.s de cette même forêt, avec l’espoir que cette protection leur permettra de vivre plus dignement.