Publié le : 22/02/20223.3 min de lecture

En janvier 2022, 15 agriculteurs du projet à Pichanaki ont participé à un stage sur les « initiatives de conservation privées et volontaires ». L’objectif de cette activité était de connaître une forme de conservation des forêts, développée via des initiatives individuelles et sur des espaces privés : les aires de conservations privées (ACP).

Nous avons visité 3 initiatives de conservation sur les 10 qui font partie du Réseau de zones de conservation d’Oxapampa (RIACO). Ce dernier a pour objectifs :

  • Conserver les forêts d’altitude contre les menaces actuelles

  • Garantir les multiples services que ces forêts fournissent

Découvrez les 3 initiatives de conservation que nous avons visité :

Tierra de Bosques

Dirigé par Lucía et Marcos qui disposent de 46 hectares, dont 30 de forêt. Ils profitent des ressources de la forêt tout en la protégeant et en la réhabilitant grâce à des techniques telles que l’agriculture régénératrice et la bio-construction : ils utilisent des éléments naturels tels que l’argile, le bois, les copeaux de bois et autres déchets organiques pour la construction des maisons. Ce type de construction réduit l’impact sur le paysage naturel. Au cours de la visite, Marcos nous a rappelé l’importance de maintenir les espaces forestiers d’altitude afin de capter l’eau du brouillard et de la pluie, et ainsi alimenter les zones avales en eau. 

Bosques de Churumazú

Eduardo Jackson, propriétaire de cette ACP, nous a fait découvrir sa merveilleuse forêt d’altitude ; 14 hectares sont protégés ici. Cette zone accueille généralement des ornithologues et des passionnés de birdwatching (observation et identification des oiseaux). 176 espèces d’oiseaux ont été identifiées dans cette seule zone, dont 6 sont endémiques. Eduardo nous a rappelé l’importance des oiseaux dans la conservation des forêts et dans l’agriculture, grâce à leurs fonctions de pollinisation et de dispersion des graines. Il nous a partagé son expérience dans la restauration de zones dégradées par le sur-pâturage du bétail, grâce à des espèces indigènes des forêts voisines. Avec son ACP, Eduardo contribue à la connectivité du paysage et à la préservation de l’habitat de plusieurs espèces sauvages, dont l’emblématique ours à lunettes. Sa forêt sert également d’habitat à des espèces d’arbres menacés, comme le noyer des Andes, bien connu des participants.

El Palmeral

L’initiative est menée par Patricia Reyna, éducatrice et psychothérapeute de profession, et surtout conservatrice dans l’âme. Patricia protège 10 hectares de forêt. Elle contribue ainsi à la protection de la biodiversité, y compris d’espèces menacées telles que le palmier Basanco (Dictyocaryum lamarckianum), la fougère arborescente et 6 oiseaux endémiques. Son projet permet également de rapprocher les gens de la nature et d’améliorer leur état de santé physique et émotionnel, grâce à une technique connue sous le nom de bains de forêt. Ce service qu’elle offre à ses visiteurs lui permet aussi de générer des revenus. Patricia est une femme intelligente et une guerrière de la conservation, comme beaucoup d’agricultrices avec lesquelles nous travaillons à Envol Vert.

En plus des initiatives individuelles, les trois ACP visitées développent un projet commun où les citoyens peuvent parrainer ou adopter des arbres sur pied (ou plantés) pour la conservation, générant ainsi des revenus pour le réseau RIACO. C’est une nouvelle façon de financer la conservation.

Les participants d’Envol Vert ont également partagé avec Eduardo, Marcos et Patricia certaines de leurs connaissances acquises dans le domaine de l’agroforesterie et de la conservation. En conclusion, ce fut une journée riche d’enseignements, d’échanges de connaissances et d’expériences fructueuses combinant ressources économiques, agriculture durable et conservation de la forêt et de sa biodiversité.

Publié le : 22/02/20223.3 min de lecture

En janvier 2022, 15 agriculteurs du projet à Pichanaki ont participé à un stage sur les « initiatives de conservation privées et volontaires ». L’objectif de cette activité était de connaître une forme de conservation des forêts, développée via des initiatives individuelles et sur des espaces privés : les aires de conservations privées (ACP).

Nous avons visité 3 initiatives de conservation sur les 10 qui font partie du Réseau de zones de conservation d’Oxapampa (RIACO). Ce dernier a pour objectifs :

  • Conserver les forêts d’altitude contre les menaces actuelles

  • Garantir les multiples services que ces forêts fournissent

Découvrez les 3 initiatives de conservation que nous avons visité :

Tierra de Bosques

Dirigé par Lucía et Marcos qui disposent de 46 hectares, dont 30 de forêt. Ils profitent des ressources de la forêt tout en la protégeant et en la réhabilitant grâce à des techniques telles que l’agriculture régénératrice et la bio-construction : ils utilisent des éléments naturels tels que l’argile, le bois, les copeaux de bois et autres déchets organiques pour la construction des maisons. Ce type de construction réduit l’impact sur le paysage naturel. Au cours de la visite, Marcos nous a rappelé l’importance de maintenir les espaces forestiers d’altitude afin de capter l’eau du brouillard et de la pluie, et ainsi alimenter les zones avales en eau. 

Bosques de Churumazú

Eduardo Jackson, propriétaire de cette ACP, nous a fait découvrir sa merveilleuse forêt d’altitude ; 14 hectares sont protégés ici. Cette zone accueille généralement des ornithologues et des passionnés de birdwatching (observation et identification des oiseaux). 176 espèces d’oiseaux ont été identifiées dans cette seule zone, dont 6 sont endémiques. Eduardo nous a rappelé l’importance des oiseaux dans la conservation des forêts et dans l’agriculture, grâce à leurs fonctions de pollinisation et de dispersion des graines. Il nous a partagé son expérience dans la restauration de zones dégradées par le sur-pâturage du bétail, grâce à des espèces indigènes des forêts voisines. Avec son ACP, Eduardo contribue à la connectivité du paysage et à la préservation de l’habitat de plusieurs espèces sauvages, dont l’emblématique ours à lunettes. Sa forêt sert également d’habitat à des espèces d’arbres menacés, comme le noyer des Andes, bien connu des participants.

El Palmeral

L’initiative est menée par Patricia Reyna, éducatrice et psychothérapeute de profession, et surtout conservatrice dans l’âme. Patricia protège 10 hectares de forêt. Elle contribue ainsi à la protection de la biodiversité, y compris d’espèces menacées telles que le palmier Basanco (Dictyocaryum lamarckianum), la fougère arborescente et 6 oiseaux endémiques. Son projet permet également de rapprocher les gens de la nature et d’améliorer leur état de santé physique et émotionnel, grâce à une technique connue sous le nom de bains de forêt. Ce service qu’elle offre à ses visiteurs lui permet aussi de générer des revenus. Patricia est une femme intelligente et une guerrière de la conservation, comme beaucoup d’agricultrices avec lesquelles nous travaillons à Envol Vert.

En plus des initiatives individuelles, les trois ACP visitées développent un projet commun où les citoyens peuvent parrainer ou adopter des arbres sur pied (ou plantés) pour la conservation, générant ainsi des revenus pour le réseau RIACO. C’est une nouvelle façon de financer la conservation.

Les participants d’Envol Vert ont également partagé avec Eduardo, Marcos et Patricia certaines de leurs connaissances acquises dans le domaine de l’agroforesterie et de la conservation. En conclusion, ce fut une journée riche d’enseignements, d’échanges de connaissances et d’expériences fructueuses combinant ressources économiques, agriculture durable et conservation de la forêt et de sa biodiversité.

Partagez cet article sur vos réseaux !

Pour en savoir plus, découvrez nos dernières actualités 

Quel est votre impact sur les forêts ?

Pour en savoir plus, découvrez nos dernières actualités 

Quel est votre impact sur les forêts ?